Communiqués de presse 2019

Paris, le 27 décembre 2019

Shimon Samuels, directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, a été interviewé par BBC World Service sur « L’antisémitisme à travers le monde – l’avertissement d’un militant expérimenté ».

L’INTERVIEW COMPLÈTE (EN ANGLAIS) EST DISPONIBLE SUR CET ENREGISTREMENT MP3 : Interview_RTX.mp3

Dans une interview diffusée par l’émission de radio de la BBC The World Tonight, Shimon Samuels répondait à des questions sur la montée de l’antisémitisme en Europe et dans le monde. Il expliquait comment « l’antisémitisme ouvre la voie à d’autres formes d’intolérance ».

« Internet et les réseaux sociaux sont les nouveaux instruments de propagation d’un antisémitisme en perpétuelle mutation, qui n’affecte pas seulement les Juifs », indiquait M. Samuels, avant d’ajouter : « En ce qui concerne le char antisémite qui défilait au carnaval d’Alost, carnaval qui vient d’être radié de la Liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par les Etats membres de l’Unesco, inquiets de la banalisation du racisme, il ne s’agit pas seulement d’un problème juif. Il faut le mettre en parallèle avec le problème Corbyn, qui ne touche pas non plus que la communauté juive, mais l’ensemble des Britanniques. »

« Grâce à l’adoption de la définition de l’antisémitisme donnée par l’IHRA (Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste), de plus en plus de pays d’Europe et du monde sont maintenant capables de discerner plus clairement les actes antisémites et d’en punir les auteurs…

« Quant à la résurgence actuelle de l’antisémitisme, nous constatons ces dernières années que l’action menée par le Centre Wiesenthal a produit quelque effet. Cependant, les gouvernements et la société doivent maintenant afficher une réelle volonté politique d’agir de concert », concluait M. Samuels.

Newshour est un programme du World Service de la BBC diffusé en anglais. Ce magazine d’information et d’affaires actuelles a été primé. La chaîne radiophonique et son réseau en ligne sont écoutés par 75 millions d’auditeurs par semaine, dont 12,5 millions aux Etats-Unis sur National Public Radio.

Paris, le 23 décembre 2019

Au cours d’une cérémonie organisée conjointement par le Congrès juif européen (CJE) et le Congrès juif eurasiatique (Euro-Asian Jewish Congress, EAJC) à Kiev (Ukraine), le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, a reçu le Prix international pour l’ensemble de sa carrière dédiée à la lutte contre l’antisémitisme : l’International Lifetime Achievement Award.

23 Dec. 2019 1
La cérémonie de remise de prix avec, à gauche, Vadim Rabinovich, président du CJF
(aux 28 pays membres) et chef de l’opposition parlementaire en Ukraine ; au centre, Shimon Samuels ;
à droite, Michael Mirilashvili, président de l’EAJC (aux 37 pays membres).

« Toute enquête portant sur des crimes commis en Territoire palestinien doit se concentrer sur les attaques répétées du Hamas depuis Gaza contre des civils israéliens… et sur l’incitation au terrorisme de l’OLP en Cisjordanie… »

Paris, le 21 décembre 2019

Il y a deux semaines, le Centre Simon Wiesenthal s’est rendu à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye pour assister aux audiences sur la situation en Afghanistan, en qualité d’amicus curiae (1), avec cinq autres ONG.

À partir du cas des ‘‘crimes présumés en Afghanistan’’ – qui impliquait implicitement les États-Unis –, nous souhaitions déterminer l’incapacité de la CPI d’exercer sa juridiction dans le cas d’États non parties.

« Le 27 janvier 2020, le monde célébrera le 75anniversaire de la libération d’Auschwitz. Ce sera probablement pour la plupart des rescapés de l’Holocauste leur dernière chance de raconter leur histoire ou de demander une restitution… Si nous, le Centre Simon Wiesenthal, obtenions l’accès aux archives de Monaco à l'occasion du 75anniversaire, cela permettrait aux familles des victimes de tourner enfin une douloureuse page. Mais si Monaco persiste à nier l'accès à ces archives, l’on ne pourrait interpréter cette position que comme une trahison de sa dette morale envers l’Histoire. »

Paris, le 16 décembre 2019

Dans une lettre adressée au ministre d’Etat monégasque, Serge Telle, le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, lui rappelait que le Centre avait organisé à Genève, en 1997, une conférence internationale intitulée « Biens spoliées et restitution – la dette morale envers l’Histoire ».

« En votre qualité de diplomate français de carrière hautement décoré, vous connaissez certainement la Commission pour l’indemnisation des victimes de spoliations (CIVS), l’un des organismes publics de restitution que notre conférence avait bien auguré », indiquait M. Samuels.

« Le statut de l’Unesco a attiré des milliers de touristes au carnaval d’Alost. Sa radiation ne garantit pas pour autant que la haine sera absente de sa prochaine édition… Nous la surveillerons de près et, s’il le faut, nous prendrons toutes mesures pour alerter nos adhérents et nos sympathisants du monde entier sur les dangers encourus s’ils assistent à un festival haineux. »

Le 13 décembre 2019

Le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, a félicité le Comité du patrimoine culturel immatériel de l’humanité pour avoir créé un précédent en dénonçant l’antisémitisme : il a radié l’un de ses membres, la ville belge d’Alost, dont le carnaval avait reçu en 2010 le prestigieux statut de l’Unesco.

VOIR CI-DESSOUS LE COMMUNIQUE DE L’UNESCO diffusé ce jour sur le retrait du carnaval d’Alost de la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité