• Ensemble contre la guerre en Ukraine
    Ensemble contre la guerre en Ukraine
  • Festival français du film juif - avec le soutien de Verbe et Lumière-Vigilance
    Festival français du film juif - avec le soutien de Verbe et Lumière-Vigilance
  • Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
    Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
  • L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
    L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
  • Inauguration de l'exposition, Copenhague
    Inauguration de l'exposition, Copenhague
  • Shimon Samuels rencontre le pape François
    Shimon Samuels rencontre le pape François
  • Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal
    Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal
image Je fais un don

Communiqués de presse 2024

Paris, le 16 février 2024

Il y a une semaine, Emmanuel Macron avait qualifié l’attaque du Hamas du 7 octobre au sud d’Israël de « plus grand massacre antisémite de notre siècle ». La réponse injustifiée de la rapporteuse spéciale de l’ONU, Francesca Albanese, qui se veut impartiale, a été : « Non, M. Macron, les victimes du 7 octobre n’ont pas été assassinées à cause de leur judéité, mais en réponse à l’oppression israélienne. »

Le ministère français des Affaires étrangères lui a rapidement répondu en soulignant que « le 7 octobre a bien été le plus grand massacre antisémite du XXIe siècle. Le contester est une faute. Sembler le justifier, en y mêlant le nom des Nations unies, est une honte ». Selon le Quai d’Orsay, « ces propos sont d’autant plus scandaleux que la lutte contre l’antisémitisme et toutes les formes de racisme sont au cœur de la fondation de l’ONU ».

Le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, relevait que, « une fois de plus, Mme Albanese rejette la responsabilité des assassinats, viols et enlèvements sur les victimes, impliquant ainsi que la faute en incombe à Israël si d’autres ont fait la guerre à plusieurs reprises et tué des Juifs pendant des décennies ».

Strasbourg, le 15 février 2024

Une commémoration solennelle a eu lieu dimanche dernier à Strasbourg, en mémoire des victimes du massacre du 7 octobre et pour appeler à la libération de tous les otages encore détenus sous Gaza dans les tunnels des terroristes du Hamas.

15 February 2024
L’affiche et la photo du rassemblement en mémoire des victimes et des personnes kidnappées (photo CSW-Europe).

La ville de Strasbourg, que la France et l’Allemagne se sont disputée au cours des deux derniers siècles, abrite l’une des communautés juives les plus dynamiques et les plus tourmentées d’Europe occidentale. Aujourd’hui, la ville est le siège du Conseil de l’Europe et du Parlement européen.

Le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, a déclaré que « cet événement à Strasbourg est essentiel pour mobiliser les institutions européennes contre l’antisémitisme, la haine et la violence ».

* * *

LIBÉREZ TOUS LES OTAGES !

Pour plus d’informations, contactez csweurope@gmail.com

Paris, le 9 février 2024

Lors de la cérémonie de ce 7 février qui s’est déroulée dans la cour d’honneur des Invalides, à Paris, Emmanuel Macron a prononcé un discours des plus émouvants pour commémorer chacun des quarante-deux Franco-Israéliens assassinés quatre mois plus tôt dans un déluge de terreur sans précédent surgi de Gaza.

9 February 2024
Le président Macron (à droite) face aux photos (tenues par des gendarmes) et aux noms (à l’écran)
des victimes françaises (photos CSW-Europe).

S’adressant aux membres survivants des familles venus d’Israël, ainsi qu’aux parlementaires de tous partis politiques, aux membres du gouvernement et à d’autres dignitaires, il a déclaré : « Le Hamas lança par surprise l’attaque massive et odieuse, le plus grand massacre antisémite de notre siècle. »

La cérémonie, retransmise en direct sur plusieurs chaînes télé, s’est déroulée sous un ciel sombre et couvert. Des gendarmes de la Garde républicaine portaient les portraits photographiques de chaque victime.

Le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, soutient qu’il est de notre devoir à tous d’être solidaires des familles des victimes, en tant que témoignage contre l’antisémitisme, la haine et le terrorisme.

* * *

LIBÉREZ TOUS LES OTAGES !

Pour plus d’informations, contactez csweurope@gmail.com

Paris, le 6 février 2024

Le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, salue l’initiative du président Macron d’organiser demain une commémoration solennelle en hommage aux victimes du Hamas, en particulier pour les quarante-deux citoyens français assassinés le 7 octobre dernier.

Dans une lettre ouverte, M. Samuels déclarait : « Nous n’ignorons pas qu’une délégation du parti d’extrême gauche La France insoumise (LFI) assistera à cet hommage national, bien que la plupart de ses députés refusent toujours de qualifier le Hamas d’organisation terroriste. Leur simple présence sera douloureuse pour de nombreuses familles endeuillées... C’est pourquoi nous vous demandons de prendre toutes les mesures nécessaires pour les empêcher de réitérer les paroles de déni et de relativisme qui ont entaché l’Assemblée nationale et les médias au cours de ces quatre derniers mois. »

Paris, le 3 février 2024

Le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, a participé la semaine dernière à la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, à l’Unesco.

Le 27 janvier 1945, les troupes de l’Armée rouge découvraient les horreurs perpétrées par les nazis dans le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau.

Au lendemain des attentats terroristes du Hamas du 7 octobre, il est plus que jamais nécessaire de rappeler les effets des intentions génocidaires et de combattre la menace actuelle d’une répétition de la Shoah !

Parmi les intervenants figuraient la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, le vice-président du Mémorial de la Shoah, François Heilbronn, et la présidente du Conseil central des Juifs en Allemagne, Charlotte Knobloch, une rescapée de l’Holocauste. M. Samuels a également rencontré Hassen Chalghoumi, imam de Drancy et ami du peuple juif. Voix d’un islam modéré, il collabore avec le Centre pour l’éducation à la tolérance et contre l’extrémisme islamiste depuis ces vingt dernières années.

3 February 2024
Shimon Samuels et Hassen Chalghoumi (photo Alain Azria).

En outre, la cérémonie comprenait plusieurs chansons interprétées par l’Institut international de littérature musicale concentrationnaire, en particulier des mélodies composées par des détenus des camps. Le directeur de l’Institut, Francesco Lotoro, a reçu en 2020 la médaille de la Vaillance du Centre Simon Wiesenthal.

* * *

LIBÉREZ LES OTAGES !

Pour plus d’informations, contactez csweurope@gmail.com