Article de Shimon Samuels publié en anglais dans the Times of Israel
le 22 décembre 2021
https://blogs.timesofisrael.com/palestinian-intifada-embroideryon-unesco-intangible-cultural-heritage/

Lettre ouverte à la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay

Madame la Directrice générale,

La « Palestine » a fait son entrée à l’Unesco en novembre 2011 pour déclencher chaos et usurpation d’identité. Depuis 2012, les patrimoines juif et chrétien n’ont de cesse d’être piétinés et dépouillés pour valider une affabulation palestinienne.

Chaque année, ce « non-État » a exigé et s’est vu octroyer les « patrimoines palestiniens » suivants :

– l’église de la Nativité à Bethléem, berceau du christianisme. L’un de ses trois gardiens a déclaré à l’auteur de ces lignes que leurs signatures avaient été falsifiées sur une lettre de bienvenue à la palestinisation, présentée au Comité du patrimoine mondial. Ce vol a été suivi par l’appropriation de Jésus, adoubé d’année en année comme étant « palestinien » ;

– le tombeau de Rachel, transformé en mosquée ;

– le caveau des Patriarches (la grotte de Macpéla) à Hébron ;

– le Mur occidental, ou Kotel – le site le plus saint du judaïsme –, rebaptisé « mur d’Al-Bouraq », où Mahomet avait attaché son cheval (Bouraq) pendant son vol nocturne vers le ciel ;

– le changement de nom du mont du Temple en « Al Haram Al Sharif » (le Noble Sanctuaire de l’islam) dans une campagne visant à déjudaïser Jérusalem, plutôt que de reconnaître sa signification commune.

Madame la Directrice générale, vous avez exprimé votre volonté de dépolitiser l’Unesco. Malheureusement, dans le cas du Patrimoine mondial de la « Palestine », vous et l’Unesco avez été leurrés.

En 2016, le « Musée palestinien » a ouvert ses portes à Birzeit, près de Ramallah. Son conservateur souhaitait le dédier à la culture et y exposer des vêtements et des accessoires typiquement palestiniens. Mais son président a refusé, amenant le musée à servir d’instrument de propagande et de guerre.

Madame la Directrice générale, la semaine dernière, l’Unesco a inscrit la broderie palestinienne (l’art du tatreez) sur sa liste du Patrimoine culturel immatériel. Sa dénomination a ensuite été altérée pour être rebaptisée « broderie de l’Intifada ».
Voir (en anglais) : https://www.trtworld.com/magazine/palestinian-embroidery-from-a-symbol-of-resistance-to-unesco-heritage-52700

« Intifada » est un terme qui désigne le violent soulèvement qui a provoqué à deux reprises la terreur en Israël et dans les communautés juives du monde entier.

Nous vous prions instamment d’appeler le Comité du patrimoine culturel à annuler cette glorification palestinienne de la haine et de la violence.

Fait intéressant, figure sur la liste de souhaits du Patrimoine palestinien une demande d’appropriation des manuscrits de la mer Morte – d’anciens manuscrits religieux juifs (du IIIe siècle avant J.-C.). Un autre cas d’usurpation d’identité.