Paris, le 4 décembre 2021

Dans une lettre adressée au président de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA), l’ambassadeur grec Chris J. Lazaris, le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, lui exprimait son soutien et son respect pour l’IHRA et sa Définition de l’antisémitisme, et le félicitait pour sa nomination à la tête de cette institution en 2021.

La lettre se poursuivait en ces termes : « Votre logo, ‘‘Enseigner l’Holocauste : l’éducation pour un monde sans plus de génocides’’, est en effet approprié. Néanmoins, nous sommes préoccupés par le fait que, malgré l’interdiction en 2020 du parti néo-nazi Aube dorée, les attaques extrémistes à travers la Grèce demeurent fréquentes. »

M. Samuels s’inquiétait en outre que « Konstantinos Plévris, auteur en 2006 du livre antisémite Les Juifs, toute la vérité, avait fait l’éloge d’Adolf Hitler et de son appel à l’extermination des Juifs. Nous avons ouï dire que son livre devait paraître dans une édition en arabe. Il s’est publiquement décrit comme ‘‘raciste, antidémocratique, antisémite’’ et il corrobore le mythe des Protocoles des Sages de Sion comme s’il était véridique. Il a également décrit les Juifs comme ‘‘des sous-hommes’’ et les enfants juifs dans les camps comme ‘‘très gros et bien nourris’’, déclarant que ‘‘les Juifs doivent être rassemblés et exécutés dans les 24 heures’’ ».

« Nous avons soutenu le KIS (Conseil central des communautés juives en Grèce) tout au long de maints procès et avons été stupéfiés qu’en 2009, Plévris ait été acquitté. C’est sans doute un échec dans l’application de la législation antiraciste grecque », soulignait M. Samuels.

Le Centre ajoutait : « En septembre 2021, le fils de Konstantinos Plévris, Athanasios (Thanos) Plévris, a été nommé ministre de la Santé de la Grèce. KIS avait condamné ses commentaires sur l’Holocauste alors qu’il soutenait son père en tant qu’avocat de la défense. Le jeune Plévris avait parlé d’Auschwitz en ces termes : ‘‘Qu’est-ce que c’est que cette incitation ?... N’a-t-on pas le droit de croire et de vouloir croire que je veux exterminer quelqu’un ? »

En tant que ministre de la Santé, Thanos Plévris a répondu que les objections du KIS étaient compréhensibles, qu’il était totalement en désaccord avec les vues de son père, qu’il n’avait jamais voulu insulter le peuple juif, et qu’il lui présentait ses excuses.

« Monsieur l’Ambassadeur, comment va-t-il, en tant que ministre de la Santé, réagir face au nombre croissant d’antivax qui portent l’étoile jaune ou qui répètent des théories du complot antisémites, et dont beaucoup sont également membres de son parti de droite ? » interrogeait M. Samuels.

Le Centre relevait que, « le 20 janvier prochain, nous marquerons le 80e anniversaire du protocole de Wannsee, qui avait programmé le meurtre de onze millions de Juifs ; à leur nombre figuraient soixante-neuf mille personnes originaires de Grèce, dont la plupart ont été déportées et ont disparu à Auschwitz ».

« Nous proposons que votre conférence internationale à Ioannina – ville devenue Judenrein – inclue une session sur les affaires Plévris de négationnisme », concluait Shimon Samuels.

* * *

« Ma cause était la justice, non la vengeance. Mon travail est pour un lendemain meilleur et un avenir plus sûr pour nos enfants et nos petits-enfants. » (Simon Wiesenthal, 1908-2005)