Pollica, Italie, le 21 juillet 2022

Le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, a pris la parole au forum de formation de jeunes « Building Divercity » (« construire des villes dans la diversité ») à Pollica, en Italie. Il a mis l’accent sur le rôle des Juifs dans la construction et le soutien des sociétés urbaines.

Ce projet pilote était composé de jeunes engagés dans les municipalités de l’Iccar (Coalition internationale des villes inclusives et durables de l’Unesco) et de son homologue le plus actif, l’Eccar (Coalition européenne des villes contre le racisme). Cette dernière compte aujourd’hui 162 communes membres et elle a établi un partenariat avec le bureau européen du Centre Simon Wiesenthal (SWC-Europe), notamment au sujet de l’antisémitisme. 

Les mots-clés de l’événement étaient « glocalisation » (néologisme anglais mariant global [« mondial »] et local), et « convivium » (terme latin désignant un repas convivial favorisant le dialogue). Des jeunes et des experts de plusieurs origines et de différents pays se sont penchés sur la façon de promouvoir le changement d’un point de vue municipal local. Coparrainé par l’Unesco, l’événement était accueilli au Future Food Institute, basé à Bologne et à Pollica, une petite ville du sud de l’Italie désignée comme un des lieux emblématiques du « régime méditerranéen ».

Benedetto Zacchiroli, président de l’Iccar et de l’Eccar, a introduit l’atelier sur l’antisémitisme. Il a parlé des relations étroites de ces deux organisations avec le Centre Wiesenthal.

M. Samuels a décrit l’antisémitisme comme « une goutte de mercure dans la paume de la main : lorsque l’environnement est frais et stable, elle reste petite et plate, mais lorsqu’il est chauffé, ce métal devient hostile, il se gonfle proportionnellement à la température ambiante ».

« Tout au long de l’Histoire, Juifs et non-Juifs ont façonné ensemble des villes, depuis les cités antiques de Babylone et d’Alexandrie jusqu’aux mégapoles actuelles de Paris ou de New York. »

« Au cours des siècles, les communautés juives ont été persécutées ou expulsées – de Cordoue, Bagdad, Aden ou Tripoli. Elles ont trouvé refuge dans d’autres villes et souvent été isolées dans des ghettos – Varsovie, Rome ou Prague, entre autres – ou ont à nouveau été victimes de pogroms, jusqu’à ce qu’elles trouvent refuge dans des villes plus accueillantes. »

M. Samuels a ajouté que, « même aujourd’hui, les Juifs de la diaspora doivent prendre des décisions parfois existentielles, à savoir rester dans leur ville ou s’installer dans une autre, plus tolérante envers la diversité. Tel a été le cas de la communauté prospère et bien intégrée de Sarcelles, au nord de Paris. Nombreux sont ceux qui ont progressivement échappé au harcèlement pour partir dans des quartiers plus sûrs et plus densément juifs du centre de Paris. Il existe des exemples similaires dans bien des pays européens ».

« Notre mentor, Simon Wiesenthal, aurait dit : ‘‘Ce qui commence avec les Juifs, c’est un baromètre, un système d’alerte précoce’’... »

« Puissent les participants à ce forum de formation retourner dans leurs municipalités, désireux et prêts à protéger tous les citoyens de la haine et de la violence. Nous sommes impatients de voir chacun d’entre vous s’élever au rang de maire de votre ville, avec efficacité et ouverture d’esprit », a souhaité pour conclure Shimon Samuels.

La présentation PowerPoint de Shimon Samuels (en anglais) est disponible sur YouTube :
https://www.youtube.com/watch?v=wsozgG8YqaE