• Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
    Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
  • L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
    L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
  • Inauguration de l'exposition, Copenhague
    Inauguration de l'exposition, Copenhague
  • Shimon Samuels rencontre le pape François
    Shimon Samuels rencontre le pape François
  • Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal
    Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal

Communiqués de presse 2020

Paris, le 24 février 2020

Le Centre Wiesenthal surveille de près la petite ville belge d’Alost en raison de ses scandaleuses manifestations d'antisémitisme pendant son carnaval.

En 2013, le directeur des Relations internationales du Centre, Shimon Samuels, avait protesté contre un char sur un thème nazi, transportant des personnages déguisés en SS qui en fouettaient d’autres déguisés en détenus de camps de concentration, tenant des bidons étiquetés « Zyklon B », le gaz qui tua des millions de Juifs.

« L’année dernière, nous avons une nouvelle fois exprimé notre indignation à la vue d’un char montrant des Juifs hassidiques empoignant des pièces d’or au milieu de rats. En juin, nous avons porté l’affaire devant le Bureau du comité du patrimoine immatériel pour demander que ce carnaval de la haine soit radié de la liste de l’Unesco », indiquait M. Samuels.

« Qui commence par être intolérant peut finir par devenir un criminel. »

Paris, le 21 février 2020

Dans une lettre adressée au secrétaire d’État britannique à l’Éducation, Gavin Williamson, le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, le félicitait pour la reconduction de ses fonctions, mais l’avertissait d’un grave danger qui menace aujourd’hui le système éducatif britannique.

Dernières nouvelles : la directrice générale de l'Unesco s'est engagée à discuter cette situation sérieuse avec le représentant de l'Iran, bien que la tombe d'Esther et Mardochée ne soit pas inscrite au Patrimoine mondial. Le Centre Simon Wiesenthal suivra les développements de cette affaire.

« Curieusement, un nouvel Haman dirige aujourd’hui l’Iran dans la terreur… Si cette pernicieuse menace persiste, il s’agira de suspendre l’adhésion de Téhéran et de Ramallah à l’Unesco, au motif de violation de la charte de l’Organisation. »

Paris, le 20 février 2020

Dans une lettre adressée à la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, l’appelait à « invoquer le mandat de l’Unesco stipulant que les sites d’importance universelle doivent être protégés en temps de conflit, ce qui est le cas aujourd’hui en Iran : le régime menace de détruire la tombe d’Esther et Mardochée à Hamadan. Or, c’est un sanctuaire historique vénéré et par les juifs et par les chrétiens ». 

« En 2019, nous avons réalisé 107 interventions dont 36 (34 %) ont entraîné un changement positif. Nous espérons poursuivre sur cette lancée. »

Paris, le 18 février 2020

Compte tenu d’un antisémitisme en recrudescence et toujours plus violent, nous intervenons là où aucune autre organisation juive ne s’implique. Ceci permet d’éviter des initiatives à double emploi. Par exemple, parce que nous sommes les seuls représentants accrédités auprès du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco, nous y prenons la parole au nom du judaïsme contre la constante usurpation de l’identité juive. Cet enjeu est d’autant plus vital depuis que les États-Unis et Israël ont quitté l’Unesco.

18 Feb. 2020 1
Le Centre Simon Wiesenthal participe à des rassemblements : à Paris, contre la résurgence de l’antisémitisme ;
à l’ONU à Genève, contre la démonisation d’Israël.

En nous concentrant sur cet antisémitisme international et institutionnel, il nous arrive souvent de déceler « des trous dans le gruyère », primordiaux mais qui passent inaperçus.

Éditorial de Shimon Samuels publié en anglais dans The Jerusalem Post
le 16 février 2020
https://www.jpost.com/Opinion/Churchills-definition-of-Belgium-A-manufactured-country-617734

C’est au motif d’‘‘usure’’ que le duc de Brabant a déporté les Juifs d’Anvers en 1261. Il avait réclamé leur expulsion ou leur anéantissement.

16 Feb. 2020
Sir Winston Churchill, 1941 (photo Biblioarchives/Libraryarchives/Flickr).

Au moment où la Belgique mène une campagne du Conseil de sécurité des Nations unies contre Israël, tandis qu’au même moment à Jérusalem le Forum sur l’Holocauste pleure les Juifs morts il y a soixante-quinze ans, cette définition de Winston Churchill peut paraître éminemment pertinente :