• Ensemble contre la guerre en Ukraine
    Ensemble contre la guerre en Ukraine
  • Festival français du film juif - avec le soutien de Verbe et Lumière-Vigilance
    Festival français du film juif - avec le soutien de Verbe et Lumière-Vigilance
  • Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
    Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
  • L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
    L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
  • Inauguration de l'exposition, Copenhague
    Inauguration de l'exposition, Copenhague
  • Shimon Samuels rencontre le pape François
    Shimon Samuels rencontre le pape François
  • Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal
    Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal

Sa plaque dans le parc commémoratif de Chiavari, « Giacomo Cohen Da Silva / 18-04-1875 / Auschwitz, 11-12-1943 », a été profanée.

Paris, le 1er février 2022 

Le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, se rappelle : « Quand j’étais enfant, nous quittions le climat britannique et partions chaque été passer nos vacances en Italie. La région située entre Rapallo et Chiavari, en Ligurie, était un lieu de rencontre pour les familles juives de toute l’Europe occidentale. Des mariages y étaient célébrés et les bavardages allaient bon train. Nous pensions que l’Holocauste était derrière nous, car les petits-enfants devaient profiter de cette nouvelle Europe. »

« Pourtant, le parc commémoratif de la petite ville balnéaire de Chiavari, à seulement 30 km au sud de Gênes, où l’on rend hommage aux victimes de la déportation nazie, continue d’exister. Selon Primocanale.it - il sito della Liguria, Giacomo Cohen Da Silva était un éminent avocat de Rapallo. Les SS l’ont arrêté le 4 novembre 1943, déporté de Milan le 6 décembre et assassiné à son arrivée à Auschwitz, le 11 décembre.

1 February 2022
Photo lavocediGenova.it

« Sa plaque, recouverte d’une croix gammée, est un second meurtre. Nous devons honorer la mémoire de Giacomo, ainsi que des autres victimes de l’Holocauste de la région de Tigullio-Golfo Paradiso. Chacune de leurs histoires doit être racontée dans les écoles de Ligurie. »

« Les auteurs de cette profanation doivent être identifiés – grâce aux caméras de vidéosurveillance placées le long du front de mer – et punis. Giacomo ne doit pas être oublié, qu’il repose en paix ! » concluait Shimon Samuels.