« Nous n’oublions pas, nous n’excusons pas, nous ne pardonnons pas aux tueurs nazis, à l’idéologie nazie, aux crimes nazis ! »

Paris, le 14 janvier 2022

Le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, s’est insurgé contre des néonazis et d’autres extrémistes de droite italiens : ce 10 janvier, après la cérémonie funéraire d’une de leurs militantes, ils ont recouvert son cercueil d’un drapeau à croix gammée. La défunte, Alessia Augello., militait au parti d’extrême droite Forza Nuova. Elle est décédée à l’hôpital le 7 janvier, à l’âge de 44 ans, apparemment de complications survenues à la suite d’une thromboectomie.

Sur le parvis de l’église Santa Lucia, des militants ont entouré le cercueil, l’ont drapé du drapeau nazi et se sont écriés « Présent ! » – le cri de guerre proféré lors des rassemblements néofascistes.

14 January 2022 FR

Alors que la police traque les organisateurs, le vicariat de Rome déplore l’incident, déclarant que le curé de la paroisse qui dirigeait les funérailles ignorait totalement de quoi il s’agissait. « C’était une exploitation idéologique offensante et inacceptable. »

Le Centre a salué la déclaration du député italien du Parti démocrate, Emanuele Fiano : « Nous n’oublions pas, nous n’excusons pas, nous ne pardonnons pas aux tueurs nazis, à l’idéologie nazie, aux crimes nazis... Des milliers et des milliers d’Italiens sont morts à cause de ce drapeau de merde, symbole de votre nostalgie pour les tueurs nazis. Des milliers de Juifs italiens ont été déportés puis gazés dans les camps d’extermination à cause de ce drapeau de merde. »

« Au nombre des reportages sur ce scandale se trouve une déclaration sans équivoque du Vatican News », concluait Shimon Samuels.