Notre 1er prix des Pires délinquants 2020 est partagé par le Liban et la Syrie pour leurs titres obsessionnels compulsifs de théorie du complot antisémite dans leurs catalogues... Le 2e prix revient à l’Iran pour son incitation récidiviste.

Paris, le 13 octobre 2020 

Le Centre Simon Wiesenthal demeure, pour la 18e année consécutive, la seule organisation non gouvernementale à surveiller l’incitation à la haine et à la violence par les éditeurs exposant à la Foire du livre de Francfort, la Frankfurter Buchmesse (FBM), qui a gagné le surnom d’« Olympiades des salons du livre ».

Cette année, les 7 500 exposants réguliers venus de 105 pays et les 300 000 visiteurs seront absents en raison de la pandémie. Néanmoins, grâce à Zoom et à la haute technologie virtuelle, les éditeurs pourront présenter leurs ouvrages, dont hélas ceux qui soutiennent les voix de la haine.

« Nous surveillons chaque année plus de trois cents stands connus pour leurs ouvrages incitant à l’antisémitisme et à toute forme de haine, et nous dénonçons les éditeurs délinquants aux organisateurs de la FBM au motif qu’ils contreviennent à leurs obligations contractuelles envers la Foire... En effet, plusieurs récidivistes sont en violation de la loi allemande », déclarait Shimon Samuels, le directeur des Relations internationales du Centre.

« Durant les mois qui précèdent Francfort, nous sillonnons six salons du livre arabes. Nous partageons nos conclusions avec la FBM, afin de lancer un avertissement ou d’en interdire l’accès aux éditeurs que nous avons inscrits sur une liste noire… Car ces écrits nauséabonds sont une source de radicalisation et ils peuvent même inciter au terrorisme – voir le livre Buraq Wall (‘‘le mur Al-Bouraq’’), publié à l’origine en arabe au Liban : il revendique pour les musulmans le Mur occidental du Temple de Jérusalem, ‘‘le Kotel’’, le site le plus sacré du judaïsme », poursuivait M. Samuels.

13 October 2020 1

________________________

L’année dernière, le Centre a dénoncé un grand nombre de publications antisémites exposées aux salons du livre d’Abou Dhabi et de Charjah.

13 October 2020 2

Compte tenu de la signature d’une paix officielle et de la normalisation des relations entre Israël et Émirats arabes unis, nous avons communiqué la liste des ouvrages incriminés au ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Cheikh Abdallah ben Zayed Al Nahyane. Nous lui avons signalé que ces ouvrages étaient incompatibles avec les accords d’Abraham et qu’ils abusaient des Émirats arabes unis eux-mêmes. La prochaine édition de la Foire internationale du livre de Charjah se tiendra du 4 au 14 novembre prochain. Nous avons exhorté ses organisateurs à proscrire tout éditeur qui exposerait des ouvrages antisémites et anti-israéliens. Nous avons également averti de ce danger Abdullatif bin Rashid Al Zayani, ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, bien que sa Foire internationale du livre de mars 2020 ait été reportée à la fin de la pandémie.

En survolant les catalogues des éditeurs récidivistes préparés pour l’actuelle FBM, nous en sommes arrivés à la conclusion que nos observations n’étaient qu’une partie émergée de l’iceberg :

13 October 2020 3

Liban (souvent utilisé comme couverture pour des éditeurs syriens)

Dar Al-Nafaes

1) Protocoles de Sion - par Ihsan Hakki

2) Le gouvernement du monde secret (ou La main cachée) - par Arthur Cherep-Spiridovich (traduit en arabe)
Plus d’informations sur l’auteur (en anglais) : https://en.wikipedia.org/wiki/Arthur_Cherep-Spiridovich

3) Du sang pour les matzos de Sion - par Naguib Al-Kilani

4) Du judaïsme au sionisme - par le Dr As’ad El-SahramanySynopsis de leur site : « L’importance de ce livre, surtout en ce moment, c’est qu’il expose la foi des Juifs, il révèle la fausseté de leurs revendications historiques, et il explique leurs méthodes sataniques d’utilisation de leur religion ... Il donne une idée claire des conventions des Juifs, de leurs groupes, de leurs croyances, de leur vision des femmes, de leurs fêtes, de leurs mœurs, de leurs livres religieux, au service de leurs projets politiques sionistes. »

Égypte

Éditions Al-Arabi

5) Israël depuis où et vers quoi ?  - par Mohammed Barham Al-Mashaly
Extrait de la description du livre par l’éditeur : « Personne, où qu’il vive dans le monde, ne nie les crimes commis par les Juifs, que ce soient des crimes politiques, économiques ou de guerre. Depuis l’aube des temps... ils ont tué et allumé le feu des guerres... et ils ont violé toutes les valeurs sacrées des autres sous prétexte qu’ils sont les enfants de Dieu et ses élus, ce qui est une affirmation fausse et infondée. »

6) Le projet sioniste : l’infiltration sioniste de l’Égypte de 1917 à 2017 - par le Dr Awatef Abdelrahman

Arkan Publishing

7) Les Juifs dans l’État ottoman jusqu’à la fin du XIXe siècle
Sur le site de l’éditeur : « Les Juifs se sont répandus dans tout l’État ottoman, ils ont participé à sa vie pratique, joué des rôles importants dans le commerce et l’artisanat, et ils ont été autorisés à appliquer leurs lois religieuses... Cependant, les Juifs ont eu un impact très négatif sur l’économie de l’État. L’inflation qui a commencé au XVIe siècle était due à leur pratique de couper les bords des pièces de monnaie, qui a entraîné une diminution du pouvoir d’achat des soldats, qui a provoqué à son tour... des mutineries et a nui à la structure de l’État et de la société. »

Syrie

Éditions Mamdouh Adwan

8) Judaïsation de la connaissance - par Mamdouh Adwan

Dar Ghar Hira

9) Le jour de la colère - par Safar bin Abdul-Rahman al-Hawali
Présenté comme : « Un traité sur la deuxième Intifada, intitulé Le jour de la colère, faisant valoir que les prophéties bibliques utilisées par les fondamentalistes chrétiens pour soutenir l’État d’Israël prédisent en fait sa destruction. »

10) Le judaïsme est-il une religion céleste ? - par Abd Elmajjid Hemo

Iran

Alhoda International Cultural Artistic Publishing Institution

11) Le Juif international - par Henry Ford
Description de l’éditeur (traduit du farsi) : « Dans les années qui ont suivi la Première Guerre mondiale, Henry Ford, un financier américain de renom, industriel et fondateur de la Ford Motor Company, a chargé un groupe d’éminents chercheurs d’étudier divers aspects de la ‘‘communauté juive internationale’’. Il a publié les résultats des recherches du groupe dans les années 1920. Les recherches de Ford ont montré comment les Juifs ont l’intention d’influencer les développements mondiaux en se basant sur les projets et les programmes décrits dans Les Protocoles des Sages de Sion. Ce livre décrit... comment les Juifs ont influencé la politique américaine, les arts du cinéma, du théâtre et de la musique. La puissance économique des Juifs aux États-Unis est une autre partie de ce livre. »

Omide Sokhan Teheran

12) Pourquoi Hitler a-t-il tué les Juifs ? - par Babak Mostafavi
Du site de l’éditeur : « Pourquoi Hitler a tué les Juifs est un livre qui examine d’une manière complètement historique et experte la raison de l’inimitié et de la haine d’Hitler envers les Juifs. Ce livre donne des réponses pratiques et historiques à bon nombre de vos questions... »

Vijeh Nashr Co. International Book and Journal Services Teheran

Malgré la fracture chiite/sunnite, cette maison d’édition représente plusieurs éditeurs arabes en tant que « distributeur de livres de premier plan à l’échelle nationale », y compris le toujours antisémite Dar al-Kitab al-Arabi d’Égypte.

 

M. Samuels a annoncé que le 1er prix des Pires délinquants 2020 du Centre est partagé par le Liban et la Syrie pour leurs titres obsessionnels compulsifs de théorie du complot antisémite dans leurs catalogues.

Le 2e prix revient à l’Iran pour son incitation récidiviste.

« La Foire du livre de Francfort ne doit pas être utilisée comme vecteur d’intolérance. Nous attendons avec impatience que cet événement soit un jour totalement exempt de haine », concluait Shimon Samuels.

* * *

Si vous êtes témoin ou victime d’antisémitisme ou de toute forme de discrimination dans les médias sociaux, veuillez nous contacter.

« Pour que le mal se propage, il suffit que les hommes bons ne fassent rien. » (Simon Wiesenthal, 1908-2005)