Paris, le 12 octobre 2020 

Le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, a salué l’arrestation rapide du suspect qui a tagué une vingtaine de croix gammées rouges rue de Rivoli à Paris, face au musée du Louvre, au cours du week-end dernier.

« Sous l’Occupation, pendant la Seconde Guerre mondiale, des drapeaux nazis à la croix gammée sur fond rouge flottaient sur toute la longueur de la rue de Rivoli. Le quartier général du gouverneur militaire de Paris (Gauleiter) se trouvait dans cette rue, à l’hôtel Meurice... Voir ressurgir ces croix gammées m’a glacé le sang », s’indignait M. Samuels.

Le suspect mis en garde à vue serait âgé de 31 ans et originaire de Géorgie.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a déclaré : « Empêcher ces actes intolérables fait partie de notre mission... Les équipes de nettoyage interviendront rapidement pour effacer toute trace de ces messages. »

Le Centre approuve en outre le tweet du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin : « Merci aux policiers pour la réactivité : l’auteur présumé a été interpellé. »

« Aujourd’hui, il ne nous reste plus qu’à attendre que la justice cesse de cautionner de tels comportements – comme cela a souvent été le cas dans de récentes affaires – au motif d’irresponsabilité pour troubles psychiques ou d’intoxication aux stupéfiants ou à l’alcool », concluait Shimon Samuels.

* * *

Si vous êtes témoin ou victime d’antisémitisme ou de toute forme de discrimination dans les réseaux sociaux, veuillez nous contacter.

« Il n’y a pas de liberté sans justice. » (Simon Wiesenthal, 1908-2005)