« … On vous a reproché de censurer des individus haineux au motif d’entrave aux droits de l’homme… Mais la haine perfide de Freeze Corleone peut tuer, il ne s’agit pas là de liberté d’expression. »

Paris, le 25 septembre 2020

Dans une lettre adressée au fondateur de Spotify, le Suédois Daniel Ek, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, félicitait la plateforme de streaming musical pour « avoir adopté une politique de censure à l’encontre des propagateurs de haine ».

M. Samuels attirait l’attention de M. Ek sur « le rappeur français Freeze Corleone (pseudonyme d’Issa Lorenzo Diakhaté), qui continue d’abuser de Spotify par ses chansons qui incitent à la haine antisémite ».

La lettre soulignait que « Corleone monte ainsi de jeunes Européens d’origine africaine contre la communauté juive – qui est déjà la cible d’extrémistes en Suède et de djihadistes à travers l’Europe et le Moyen-Orient ».

Voici quelques exemples des raps malveillants de Freeze Corleone, qui s’inspire de son ami le pseudo-comédien Dieudonné M’bala M’bala, un antisémite notoire :

« Tout pour la famille pour qu’mes enfants vivent comme des rentiers juifs ; Négro, dans l’ombre on complote comme les Bilderberg ; Déter’ [déterminé] comme Adolf, années 40 pétasse ; J’suis à Dakar, t’es dans ton centre à Sion, s/o les Indiens d’Amérique, s/o l’esclavage ; Nique un sioniste comme BHL [Bernard-Henri Lévy] ; Tous les jours RAF [rien à foutre] de la Shoah ; Chen Zen, j’ai les techniques de propagande de Goebbels ; Seigneur de guerre comme le mollah Omar [ancien chef taliban afghan et idéologue antisémite] ; Fuck le 11, fuck le 911, dans l’complot depuis le 9/11 ; Faut qu’j’fasse tourner l’khaliss [l’argent en langue wolof] dans ma communauté comme un Juif ; Fuck un Rothschild, fuck un Rockefeller. »

Voici un autre morceau : « Trop de Cohen, trop de Juifs dans le rap, trop de Juifs dans la finance, trop de Juifs dans la politique, trop de Juifs dans les complots, trop de Juifs dans nos manuels scolaires. Et face à eux, le courage et la bravoure du IIIe Reich et de son mysticisme héroïque… »

Le Centre indiquait qu’« on a reproché à Daniel Ek de censurer des individus haineux au motif d’entrave aux droits de l’homme ».

« M. Ek, nous vous prions instamment de retirer les raps de Freeze Corleone de Spotify. Vous démontrerez ainsi, en Suède et ailleurs, que la haine perfide peut tuer et qu’il ne s’agit pas là de liberté d’expression », concluait M. Samuels.

* * *

Si vous êtes témoin ou victime d’antisémitisme ou de toute forme de discrimination dans les réseaux sociaux, veuillez nous contacter.

« La combinaison de haine et de technologie est le plus grand danger qui menace l’humanité. » (Simon Wiesenthal, 1908-2005)