« Nous avons fait part de notre indignation au nouveau PDG de Volkswagen, Ralf Brandstetter, au siège du constructeur allemand, à Wolfsburg. »

Buenos Aires et Paris, le 7 septembre 2020 

Dans une lettre adressée à Steffen Reiche, président du conseil exécutif de Volkswagen au Mexique, le Centre Simon Wiesenthal lui demandait instamment de prendre des mesures immédiates contre les responsables de la concession située à Coyoacán, où sont exposés des symboles nazis.

7 Sept. 2020
Photos de la période nazie exposées dans la concession Volkswagen de Coyoacán, au Mexique.

La lettre, cosignée par Shimon Samuels et Ariel Gelblung, respectivement directeur des Relations internationales et de l’Amérique latine, déclarait : « Au nom de nos plus de quatre cent mille adhérents du monde entier, nous vous demandons instamment, en tant qu’entreprise allemande, de faire respecter la loi qui interdit toute exposition de symboles nazis… Nous tenons à ce que vous identifiez immédiatement les responsables et que vous annonciez publiquement les mesures que vous prendrez. Le plus judicieux serait que vous révoquiez cette concession, afin d’annoncer clairement à vos clients que vous avez tiré les leçons de votre histoire. Volkswagen, la ‘‘voiture du peuple’’, était un concept nazi. Il est inadmissible que des véhicules allemands soient vendus au Mexique s’ils sont accompagnés d’une croix gammée… »

Nous avons adressé une cette lettre en copie au nouveau PDG du groupe Volkswagen, Ralf Brandstetter, au siège du constructeur allemand, à Wolfsburg, via Peik von Bestenbostel, peik.bestenbostel@volkswagen.de.