« Nous appelons les dirigeants de ‘‘Black lives matter’’ à condamner publiquement l’antisémitisme infiltré dans leur mouvement, qu’il provienne de l’extrême droite ou de l’extrême gauche. »

Paris, le 14 juin 2020 

« Comme l’année dernière, lorsque des néo-nazis antisémites, antisionistes et négationnistes s’étaient immiscés dans des manifestations des Gilets jaunes, hier, le rassemblement des sympathisants ‘‘Black lives matter’’ sur et autour de la place de la République à Paris a révélé la sempiternelle haine des Juifs », déclarait le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels.

Des extrémistes de droite ont déployé une banderole provocatrice en haut d’un immeuble de cette place, tandis que des manifestants y répondaient en criant « Sales Juifs ! » et en entonnant « Vive la Palestine ! ».

Des autocollants imprimés pour l’occasion affichaient :
Palestine : terres volées, civils bombardés, enfants torturés... qui est le terroriste ?
La Palestine aux Palestiniens ! Boycott Israël !
Stop à la collaboration avec le terrorisme d’État israélien !

14 June 2020
(Photo prise par le Centre Simon Wiesenthal)

Le Centre a demandé à la Ville de Paris d’enlever ces autocollants politiques anti-Israël… mais, en cette période précédant les prochaines élections municipales, nous n’avons guère reçu de réponse…

« Nous appelons les dirigeants de ‘‘Black lives matter’’ à condamner publiquement l’antisémitisme infiltré dans leur mouvement, qu’il provienne de l’extrême droite ou de l’extrême gauche », concluait Shimon Samuels.