« L’année dernière, votre chargé d’affaires au Caire a fermé le stand américain sur la base de votre rapport… Nous vous demandons de signifier clairement aux autorités qu’il n’y aura pas de stand américain en 2021 si le Salon n’y éradique pas la haine. »

Paris, le 2 février 2020

Dans une lettre adressée à l’ambassadeur des États-Unis en Égypte, Jonathan Cohen, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, lui indiquait que « nous surveillons
chaque année les stands de six salons du livre arabes pour y déceler toute incitation à la haine et à la violence. Nous adressons nos conclusions à la Foire du livre de Francfort, qui prend les mesures qui s’imposent pour dénoncer et bannir ceux qui contreviennent au contrat qui les lie avec Francfort ».

La lettre rappelait que, « l’année dernière, le chargé d’affaires américain au Caire, Thomas H. Goldberger, avait réagi à notre rapport sur les contenus antisémites exposés au Salon. Il nous avait répondu en ces termes : ‘‘Dès réception de votre lettre, j’ai immédiatement contacté le gouvernement égyptien, par téléphone et par écrit, pour
protester contre la présence d’ouvrages antisémites sur le Salon et pour exiger que des mesures soient aussitôt prises pour retirer ces ouvrages… J’ai aussi donné ordre à mon personnel de fermer le stand de l’ambassade, et nous ne le rouvrirons pas… Et j’ai porté cette question à l’attention du Département d’État’’. »

Le stand qui expose chaque année le plus grand nombre d’ouvrages antisémites est celui de la maison d’édition égyptienne Dar Al-Kitab Al-Arabi (voir sur leur page Facebook la vidéo de présentation de leur stand au Salon 2020) :
https://www.facebook.com/darelkitabelarabi/videos/216482112719328/?tn-str=k*F

Cette année, ils présentaient, entre autres :

2 Feb. 2020 1
Les Protocoles des Sages de Sion : le complot maçonnique pour dominer le monde,
par Mansour Abdel Hakim.

2 Feb. 2020 2
Les Pions du jeu : la mise en œuvre pratique des Protocoles,
par William Guy Carr (traduit en anglais par Magdy Kamel).

2 Feb. 2020 3
Mein Kampf, par Adolf Hitler (édité par Farid Al-Falluji).

2 Feb. 2020 4
Mansour Abdel Hakim (à gauche), auteur de l’adaptation des Protocoles des Sages de Sion,
avec un visiteur présentant le livre.


La lettre se poursuivait en ces termes : « Le lauréat de l’édition 2020 du Salon du livre du Caire est Gamal Hemdan. En 1967, celui-ci avait publié L’Anthropologie des Juifs, où il affirmait que ‘‘les Juifs d’aujourd’hui qui prétendent appartenir à la Palestine ne sont pas les descendants des Juifs qui ont quitté la Palestine’’. »

« Monsieur l’Ambassadeur, constatait M. Samuels, votre ambassade aurait publié ce communiqué de félicitations : ‘‘Nous avons eu le plaisir d’accueillir la ministre de la Culture, Ines Abdel-Dayem, sur le stand de l’ambassade des États-Unis du Salon international du livre du Caire. L’Égypte est depuis longtemps un centre de culture et d’histoire et elle peut être fière de ce Salon international du livre du Caire, le salon le plus ancien et le plus grand du genre dans le monde arabe. Ce Salon du livre est vraiment un événement spécial’’. »

En outre, M. Samuels observait qu’« alors que les responsables du Salon n’ont pris aucune mesure contre Dar Al-Kitab Al-Arabi pour ses ouvrages antisémites, ils ont bel et bien fermé le stand d’un éditeur égyptien de premier plan, Khaled Lotfi. Celui-ci avait été condamné à cinq ans de prison pour avoir publié L’Ange, l’histoire d’Ashraf Marwan – le haut dignitaire égyptien qui avait espionné pour Israël – histoire qui a fait l’objet d’un film réalisé par Netflix ».

La lettre ajoutait : « Nous sommes conscients de l’initiative de votre ambassade de financer la préservation du cimetière juif de Bassatine, âgé de mille deux cents ans, qui se trouve dans la banlieue du Caire. Hélas, de nombreux cimetières juifs partout dans le monde sont profanés à cause d’incitations à la haine comme celles qui figurent dans les ouvrages de ce Salon. »

Le Centre priait instamment l’ambassadeur « de signifier clairement aux autorités qu’il n’y aura pas de stand américain en 2021 si le Salon n’y éradique pas la haine ».