Communiqués de presse 2021

Article de Shimon Samuels publié en anglais dans The Jerusalem Post
le 11 juillet 2021
https://www.jpost.com/opinion/the-cairo-book-fair-remains-rife-with-antisemitism-opinion-673539

En mai, dans l’esprit des accords d’Abraham, le Salon international du livre d’Abu Dhabi était parfaitement propre. Ce n’est pas le cas de l’Égypte.

11 July 2021
Le stand de la librairie El Shourouk expose des best-sellers de la haine à la Foire internationale
du livre du Caire 2021 (photo Centre Simon Wiesenthal).

Le Centre Simon Wiesenthal surveille chaque année les stands de sept salons du livre arabes pour y déceler toute incitation à la haine et à la violence. Nous adressons nos conclusions à la Foire du livre de Francfort, qui prend les mesures qui s’imposent pour bannir ceux qui contreviennent à leur contrat.

« Les avocats de la défense ont argué sans vergogne que leurs clients avaient agi comme Robin des Bois, prenant des bijoux pour les pauvres ! »

Paris, le 4 juillet 2021

Le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, rappelait sa collaboration, depuis les années 1980, avec Roger Pinto, fondateur de l’association de défense du peuple juif et de l’État d’Israël, Siona. En 2017, ce dernier a lui-même été victime de violences antisémites.

Paris, le 22 juin 2021

Dans une lettre adressée aux dirigeants des principaux partis politiques français, le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, leur indiquait qu’« en décembre 2019, l’Assemblée nationale a adopté la définition de l’antisémitisme de l’IHRA (Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste) en tant qu’outil pour soutenir la politique française dans sa lutte contre cette forme particulière de discrimination ». Il ajoutait qu’« à l’approche du second tour des élections régionales, nous faisons appel à votre parti pour qu’il prenne une position claire sur cette question qui constitue un fléau pour la société, autant au niveau local que national ».

La lettre soulignait que, « bien que la communauté juive de France ne représente qu’un pour cent de sa population totale, elle s’avère être la cible de 33 % des insultes et violences racistes. Non seulement l’antisémitisme se propage-t-il, alimenté par une frustration généralisée et un sentiment d’insécurité, avec des criminels allant de l’idéologue/instigateur sur canapé au djihadiste des plus enflammés, mais il est également renforcé par l’anonymat des réseaux sociaux et un sentiment d’impunité. La torture à mort d’Ilan Halimi, le massacre de l’école Ozar-Hatorah à Toulouse, l’attentat terroriste contre l’Hyper Cacher, l’agression de la famille de Roger Pinto, les cimetières profanés de Strasbourg, les meurtres à Paris de Sarah Halimi et de Mireille Knoll, survivante de la Shoah... ne sont que la partie émergée de l’iceberg dans l’épreuve quotidienne qu’endurent les citoyens français de confession juive ».

Paris, le 22 juin 2021

Cher Roger,

Je me rappelle la création de votre association de défense du peuple juif et de l’État d’Israël, Siona, et de notre collaboration dans les années 1980 pour lutter contre le terrorisme antisémite.

Il est ironique que vous, votre femme et votre fils soyez devenus les victimes de la violente haine anti-juive dans votre propre maison de Seine-Saint-Denis.

Paris, le 15 juin 2021

Dans une lettre adressée à la directrice générale de l’Unicef, Henrietta H. Fore, le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, lui faisait part de sa profonde préoccupation face à la nomination de l’acteur égyptien Ahmed Helmy au poste d’ambassadeur régional de l’Unicef pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA).
Voir (en anglais) : https://www.unicef.org/egypt/press-releases/unicef-appoints-ahmed-helmy-regional-ambassador