« La Hamas connexion : considéré comme un allié de l’extrême gauche, le Hamas se révèle maintenant être dans le camp nazi. »

Paris, le 27 octobre 2021

En février dernier, le Centre Wiesenthal dénonçait la marche fasciste qui s’était déroulée à Madrid pour rendre hommage à la Division bleue, envoyée par Franco à Hitler pour combattre en Russie1. À cette occasion, une jeune femme était montée sur le podium pour revendiquer sa prise de parole comme « une obligation absolue de se battre pour l’Espagne, de se battre pour l’Europe, qui sont maintenant faibles et qui ont été vendues par l’ennemi. Seul le déguisement sera différent, l’ennemi sera toujours le même, le Juif... Ce sont les Juifs qu’il faut blâmer et la Division bleue s’est battue pour cela. » Ce spectacle haineux a été condamné par le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels.

27 October 2021
Isabel Peralta, la jeune néo-nazie espagnole, exprimant son soutien au Hamas
(photo VisáVis).

Isabel Peralta, 18 ans, a depuis reçu une bourse d’études de dix mois à Düsseldorf « pour apprendre les techniques de propagande et de combat ».

Son hôte est le groupe néo-nazi allemand Der III Weg (« le troisième chemin »). Depuis l’arrivée de Peralta, ce groupe a organisé des « patrouilles citoyennes » pour intimider les réfugiés politiques dans le Brandebourg. Le groupe a publié ses actions : « Bien équipés, nos militants sillonnent les régions frontalières pour trouver des clandestins. Cette fois-ci, nous ne resterons pas les bras croisés, alors que des millions d’étrangers déferlent dans notre pays. »

La jeune fasciste étudiait l’université Complutense de Madrid. Elle y était politiquement impliquée avec le groupe néo-nazi espagnol Bastion Frontal. C’est la fille d’un militant du PP (Partido Popular, de centre droit), qui aurait réprouvé ses activités.

« Elle s’est fait un nom lors de la marche de février avec ses propos antisémites. Pour ses déclarations, la police de Madrid était sur le point de l’inculper de discours haineux », signalait M. Samuels.

Maintenant qu’elle se trouve en Allemagne, elle devra faire face à un problème avec sa « bourse » : ses donateurs détestent particulièrement les réfugiés musulmans. Or, Isabel est une grande sympathisante du Hamas. Elle brandit des banderoles appelant à une « troisième intifada ». C’est cette connexion avec le Hamas qui intrigue le plus : considéré comme un allié de l’extrême gauche, il se révèle maintenant être dans le camp nazi.

D’étudiante, Peralta peut devenir enseignante, professant que « l’ennemi de mon ennemi est mon ami » – la « Palestine ».

« Soyons vigilants avec Isabel ! Ce programme de ‘‘bourse d’études’’ nazi risque de se propager », alertait Shimon Samuels.

(1) Voir https://wiesenthal-europe.com/fr/communiques-de-presse-2021/777-franquisme-et-neonazisme-ont-la-peau-dure-en-espagne-ins-notre-ennemi-c-est-le-juif

* * *

« Pour que le mal se propage, il suffit que les hommes bons ne fassent rien. » (Simon Wiesenthal, 1908-2005)