« L’Union européenne adopte de nouvelles règles pour lutter contre le financement du terrorisme et le blanchiment d’argent ainsi que pour contrer le terrorisme en ligne. »

Paris, le 26 juillet 2021

Le Centre Simon Wiesenthal a été officiellement informé cette semaine qu’une lettre,  adressée le 19 novembre 2020 à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, par le directeur des Relations internationales du Centre, Shimon Samuels, allait s’inscrire dans le domaine public de l’UE.

Il s’agit d’une première depuis des décennies de correspondance entre le Centre et les dirigeants européens sur les sujets de l’antisémitisme et du terrorisme.

Cette lettre spécifique concernait l’exemple de trois États membres de l’Union européenne qui financent des ONG palestiniennes et qui serviraient de couverture à des organisations terroristes... Une révélation du Centre, étayée par des preuves, qui a pu être source d’embarras pour la France, l’Espagne et l’Irlande – les pays concernés –, ainsi que pour l’UE dans son ensemble.

Voir : https://www.wiesenthal-europe.com/fr/news-releases-menu/38-news-releases-2020/744-le-centre-wiesenthal-a-la-commission-europeenne-ins-ins-enquetez-sur-la-presomption-de-financements-continus-a-des-organisations-terroristes-palestiniennes-par-la-france-l-espagne-et-l-irlande-ins

Depuis la première vague d’attentats terroristes contre des cibles juives, dans les années 1980, le Centre en appelle à la communauté internationale pour « suivre l’argent » afin qu’elle dévoile les sources financières, les itinéraires et les stratagèmes déployés pour soutenir le terrorisme... Le 20 juillet dernier, la Commission européenne a rédigé ses nouvelles règles pour lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Depuis l’avènement mondial d’Internet, dans les années 1990, le Centre Wiesenthal révèle la haine, l’antisémitisme et le terrorisme qui se propagent en ligne... Le 29 avril dernier, l’UE a adopté un nouveau règlement relatif à la lutte contre la diffusion en ligne de contenus à caractère terroriste.

Ce sont ce que l’on pourrait appeler des exemples de « bon travail en cours ». Mais il reste beaucoup à faire pour que la vérité, la justice et la paix voient le jour.

Depuis la création de l’Autorité palestinienne (AP), au mitan des années 1990, le Centre milite pour que les institutions internationales et leurs États membres qui financent l’AP exigent que les bénéficiaires de leur soutien soient tenus responsables... En d’autres termes, leur financement doit contribuer au développement humain, au lieu d’être dépensé pour soutenir les familles des terroristes kamikazes, pour importer et fabriquer des roquettes, ou pour inculquer la haine dans l’esprit des enfants... Nous espérons vivement que les nouvelles règles de l’UE seront efficaces en ce sens.

« Nous remercions l’UE d’avoir décidé de rentre accessible notre lettre sur le financement du terrorisme au grand public... Dorénavant, ses règlements doivent être pris au sérieux. Le Centre continuera de surveiller et de conseiller les institutions européennes pour contenir et contrer efficacement le terrorisme et la haine », concluait Shimon Samuels.

* * *

« Ma cause était la justice, non la vengeance. Mon travail est pour un lendemain meilleur et un avenir plus sûr pour nos enfants et nos petits-enfants. » (Simon Wiesenthal, 1908-2005)