« Dans une lettre adressée à Gérald Darmanin, ministre français de l’Intérieur et des Cultes, le Centre s’inquiétait d’une déclaration du Conseil français du culte musulman (CFCM) qui risque d’aller à l’encontre du droit français, qui stipule que l’islam de France doit se soumettre à l’ensemble des valeurs de la République. Cette déclaration pourrait, même involontairement, inciter à la haine et à la violence contre les Juifs de France. »

Paris, le 22 mai 2021

Le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, signale qu’une déclaration de Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), semble dépasser ses prérogatives en ce qu’elle appelle tous les imams et responsables de mosquées de France à :

1) Consacrer le prêche de vendredi prochain à faire connaître la place de la mosquée Al-Aqsa, troisième haut lieu saint de l’islam, et la ville d’Al-Qods (Jérusalem) dans la religion musulmane.
Pour leur valeur interconfessionnelle, le mont du Temple, lieu le plus sacré du judaïsme, et les églises chrétiennes de Jérusalem auraient mérité d’être mentionnés afin d’adoucir cet appel.

2) Organiser des collectes de fonds au profit des ONG humanitaires qui interviennent dans les territoires palestiniens.
Comment contrôler et s’assurer que le destinataire final de ces fonds n’est pas lié au Hamas ou à d’autres groupes terroristes ?

3) Lancer une large compagne de parrainage entre mosquées de France et mosquées palestiniennes en vue de leur apporter assistance.
Idem, car de nombreuses mosquées palestiniennes sont affiliées aux djihadistes.

4) En partenariat avec les ONG humanitaires, lancer une large campagne de parrainage entre les familles de France et les familles palestiniennes pour apporter aide et soutien, notamment aux enfants.
Idem. Bien évidemment, nous sommes de tout cœur avec les enfants, en particulier ceux qui ont été utilisés comme boucliers humains dans Gaza sous contrôle du Hamas et les enfants israéliens traumatisés par les roquettes.

5) Multiplier les prières et invocations pour le repos des victimes, la fin des affrontements et l’instauration de la paix.
Une fois de plus, l’occasion est manquée d’inclure les victimes des deux côtés du conflit, et aussi un espoir mutuel pour « l’instauration de la paix ».

En tant qu’organisation interconfessionnelle, le Centre Wiesenthal collabore avec des imams, depuis la France jusqu’aux États du Golfe, en passant par notre siège de Los Angeles. Nous espérons, dans un proche avenir, inclure le CFCM dans un dialogue constructif.

Le CFCM semble outrepasser ses compétences religieuses en abordant des questions politiques. Cela risquerait d’être interprété, même involontairement, par les islamistes français – déjà fortement sous l’influence du discours palestinien en soutien du Hamas – comme un appel à des attaques djihadistes contre la communauté juive de France.

Dans une lettre adressée à Gérald Darmanin, ministre français de l’Intérieur et des Cultes, M. Samuels s’inquiétait de « cette déclaration du CFCM qui risque d’aller à l’encontre du droit français, qui stipule que l’islam de France doit se soumettre à l’ensemble des valeurs de la République... Elle pourrait, même involontairement, inciter à la haine et à la violence contre les Juifs de France ».

* * *

Si vous êtes témoin ou victime d’antisémitisme ou de toute forme de discrimination dans les réseaux sociaux, veuillez nous contacter.

« Pour que le mal se propage, il suffit que les hommes bons ne fassent rien. » (Simon Wiesenthal, 1908-2005)