« La Fifa ne doit pas être associée à l’abus de ce beau sport au service de la haine. »

Paris, le 17 mars 2021

Dans une lettre adressée au président de la Fifa (Fédération internationale de football association), Gianni Infantino, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, lui rappelait leur correspondance de 2017 où il exprimait son « indignation face à la glorification du terrorisme par l’Association palestinienne de football qui nomme des tournois, des équipes et des stades en l’honneur de meurtriers ».

M. Infantino avait répondu en invoquant l’article 4 des statuts de la Fifa : « ... nous continuerons… de prendre une position claire contre toute forme de discrimination. »

La lettre indiquait que « le chasseur de nazis et historien de la Shoah de notre Centre, Efraim Zuroff, a écrit ce 5 mars au maire de Ternopil, en Ukraine, pour protester contre le changement de nom du stade de la ville en l’honneur du collaborateur nazi Roman Shukhevych, hauptmann de la SS Schutzmannschaft 201. Celui-ci avait activement participé au massacre de Juifs et de Polonais pendant la Seconde Guerre mondiale, dont beaucoup dans cette même ville de Ternopil. M. Zuroff a suggéré que le stade rende plutôt hommage aux ’‘Justes ukrainiens’’ qui, au péril de leur vie, avaient protégé des fugitifs juifs recherchés par Shukhevych pour être exterminés ».

Le Centre rappelait le travail qu’il avait fait en Europe avec l’UEFA, l’Eccar (Coalition européenne des villes contre le racisme) et l’OEA (Organisation des États américains) en Amérique latine pour que son Programme en onze points contre l’antisémitisme et le racisme dans le football soit adopté.

M. Samuels pressait le président de la Fifa « de mettre à l’ordre du jour de son 71e Congrès, qui se tiendra à Tokyo le 21 mai prochain par Zoom, le scandale de Ternopil. Nous comptons sur vous pour faire en sorte que l’Association ukrainienne de football refuse que des matches se jouent dans ce stade jusqu’à ce qu’il soit rebaptisé dans l’esprit des statuts de la Fifa. »

« La Fifa ne doit pas être associée à l’abus du football au service de la haine. Nommer le stade de Ternopil en l’honneur d’un nazi qui a collaboré aux meurtres de masse souille ce beau sport dans le monde entier », concluait Shimon Samuels.

* * *

Si vous êtes témoin ou victime d’antisémitisme ou de toute forme de discrimination dans les réseaux sociaux, veuillez nous contacter.

« Pour que le mal se propage, il suffit que les hommes bons ne fassent rien. » (Simon Wiesenthal, 1908-2005)