Paris, le 1er février 2021

Dans une lettre adressée au directeur juridique du groupe JCDecaux, Bertrand Allain, le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, lui rappelait que « sa réponse aux lettres du Centre des 15 et 21 décembre 2020 concernant une campagne de haine antisémite à Toulouse à l’encontre de l’équipementier sportif Puma, campagne qui a abusé des panneaux d’affichage de JCDecaux, était très encourageante : M. Allain envisageait de prendre de sérieuses mesures, y compris la sensibilisation des forces de police et une action en justice ».

Le Centre poursuivait en ces termes : « Malheureusement, nous sommes confrontés à une deuxième vague de la campagne BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions), qui gagne le centre de Paris – de Belleville à Saint-Michel en passant par Châtelet. En particulier, de nouvelles affiches placardées à votre insu sur vos panneaux d’affichage ciblent les produits de l’entreprise pharmaceutique israélienne Teva Santé. Fait pour le moins ironique, à l’heure où Israël fournit des vaccins anti-Covid-19 aux hôpitaux palestiniens et à leur personnel médical. »

1 February 2021
Affiches frauduleusement placardées sur les panneaux d’affichage JCDecaux de trois arrêts de bus parisiens.

La lettre prétendait que « la réponse de Puma à la haine a été d’annoncer son soutien renouvelé à Israël. Par contre, les démarches que vous avez entreprises auprès des forces de police se sont avérées visiblement inefficaces ».

M. Samuels soulignait que « nous avions expliqué à nos membres du monde entier que JCDecaux était la victime du Collectif Palestine Vaincra, l’association qui a piraté vos infrastructures publicitaires ». 

Il invitait JCDecaux à adopter les mesures suivantes : 

« 1) En s’appuyant sur des technologies de base :
- un verrou de sécurité plus sophistiqué sur vos panneaux d’affichage ;
- une alarme qui se déclencherait quand le verrou serait forcé ;
- une caméra de vidéosurveillance masquée (ou incorporée) dans vos panneaux d’affichage. 

« 2) En exigeant davantage l’intervention de la police, des municipalités et du ministère de l’Intérieur. Nous apprécierions également d’être informés de vos plaintes afin de pouvoir mieux vous soutenir. 

« 3) En adressant un message clair au grand public et à la communauté juive avec l’adoption de la définition de l’antisémitisme de l’IHRA (Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste), définition déjà approuvée par des gouvernements, des villes, des clubs de football et des entreprises – tant en France qu’à l’étranger. » 

« Monsieur Allain, nos membres ont applaudi la bonne volonté dont vos précédentes lettres ont fait preuve. Ils attendent maintenant des mesures concrètes de JCDecaux France, afin d'éviter que ce virus de la haine ne se propage dans votre réseau international », concluait Shimon Samuels.

* * *

Si vous êtes témoin ou victime d’antisémitisme ou de toute forme de discrimination dans les réseaux sociaux, veuillez nous contacter.

« La haine est un boomerang, qui revient vers tout le monde et n’épargne personne, ni les faibles ni les puissants. »
Simon Wiesenthal, 1908-2005 (extrait de son ouvrage Justice n’est pas vengeance)