« C’est le vecteur du programme permanent de la Conférence mondiale des Nations unies contre le racisme de Durban, véritable festival de haine. »

Paris, le 24 janvier 2021

Le Forum social mondial (FSM) 2021, qui se réunit du 23 au 31 janvier, a annoncé qu’il était surtout « consacré aux questions palestiniennes ».

Le FSM s’est ouvert avec Leïla Khaled, connue pour sa participation au tristement célèbre détournement du vol TWA 840 en 1969 – avion dans lequel le FPLP (Front populaire de libération de la Palestine) espérait trouver et kidnapper Yitzhak Rabin – et du vol El Al 219 en 1970. Après son arrestation et sa condamnation au Royaume-Uni, elle a été libérée en échange d’otages pris par d’autres terroristes du FPLP.

Le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, accompagné du représentant d’alors pour l’Amérique latine, a assisté au FSM depuis sa création en 2001, à Porto Alegre (Brésil), et à ses satellites : le Forum social européen de Londres et d’Athènes, ainsi que le Forum social asiatique de Bombay, en Inde.

« Conçu à l’origine comme un lobby antimondialiste contre le Forum économique mondial de Davos, en Suisse, il sert en réalité de vecteur au programme antisémite et antisioniste de la Conférence mondiale des Nations unies contre le racisme, conférence qui se tient chaque année à Durban, en Afrique du Sud... Il s’agissait à l’origine de rassemblements d’ONG impliquées dans les droits de l’homme, les peuples autochtones, les femmes, la faim, la pauvreté, le handicap, etc. Toutefois, par ‘‘intersessionnisme’’, le programme a vite dégénéré en ‘‘droits de l’homme palestinien’’, ‘‘Palestiniens en tant que peuple autochtone’’, ‘‘femmes palestiniennes’’, etc., au grand dam des véritables ‘‘victimes de la mondialisation’’ », déclarait M. Samuels.

24 Jan. 2021
Le FSM à Porto Alegre (photos Centre Simon Wiesenthal), antisionisme = antisémitisme :
des campagnes BDS à l’intention génocidaire.

Quelques exemples :

- « Ce n’était pas agréable d’être assis dans un stade rempli de quelque soixante-dix mille personnes, jeunes pour la plupart, qui clamaient ‘‘Viva la intifada global!’’ et qui brandissaient des banderoles proclamant cet obscur message : ‘‘Nazis, Yankees, Juifs – plus de peuples élus’’... C’est là que l’extrême gauche s’est acoquinée avec l’islam djihadiste... C’est là aussi que le facteur religieux a été introduit, avec ce qu’on appelle ‘‘le document Kairos’’ ».

- Un imam britannique a déclaré : « Si Israël devait être déplacé de l’autre côté de la Méditerranée, cela ne changerait rien, notre guerre contre les Juifs se poursuivrait. »

- Un autre chef religieux a suggéré que des termes tels que « Peuple élu » et « Terre promise » ne signifiaient que colonialisme et racisme. Caricaturant le langage de la Bible, la réponse a été « Nous sommes tous des peuples élus » et « la Terre est promise à tous ».

Le Centre a rappelé que « lors de la réunion de Bombay, pour la première fois en mille ans de présence juive en Inde, les autorités ont estimé que la synagogue de la ville était en danger et lui ont accordé une protection militaire. Ceci a préparé le terrain pour de futures attaques terroristes visant le centre juif Chabad, ainsi que trois hôtels ».

Le FSM fomente des projets, tels que la flottille et flytilla1 à destination de Gaza. Aujourd’hui, le programme de la campagne BDS (Boycott, désinvestissement, sanctions) est en plein essor. La dernière fois que nous étions à Porto Alegre, la dénommée « Marche mondiale » était escortée par un long bus à impériale. Depuis l’étage supérieur, des militants qui criaient des slogans BDS ont cru nous reconnaître. L’un d’eux s’est exclamé : « Il y a des agents sionistes ici qui ne rentreront pas chez eux ! »

« Fort heureusement, c’était le crépuscule, et la plupart des manifestants ont été distraits par l’odeur des barbecues et de la viande rôtie. Nous ne nous sommes pas arrêtés pour y goûter... Cette année, le fait que le FSM se déroule par Zoom représente un avantage. Nous le surveillerons de près et proposerons aux autorités brésiliennes des mesures appropriées s’il est, une fois de plus, un porte-parole de la haine », concluait Shimon Samuels.

(1) Initiative conçue par des organisations palestiniennes pour accueillir des centaines d’activistes internationaux arrivant en Israël par avion (d’où le surnom donné par les médias israéliens, flytilla) dans le but de participer à une série de manifestations.

* * *

Si vous êtes témoin ou victime d’antisémitisme ou de toute forme de discrimination dans les réseaux sociaux, veuillez nous contacter.

« La haine est un boomerang, qui revient vers tout le monde et n’épargne personne, ni les faibles ni les puissants. »
Simon Wiesenthal, 1908-2005 (extrait de son ouvrage Justice n’est pas vengeance)