• Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
    Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
  • L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
    L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
  • Inauguration de l'exposition, Copenhague
    Inauguration de l'exposition, Copenhague
  • Shimon Samuels rencontre le pape François
    Shimon Samuels rencontre le pape François
  • Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal
    Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal

Communiqués de presse 2021

Éditorial de Shimon Samuels publié en anglais dans The Times of Israel
le 19 juillet 2021

https://blogs.timesofisrael.com/today-27th-commemoration-of-amia-bombing/

En 2006, une organisation franco-palestinienne me poursuivait pour diffamation. Pour attester ma bonne foi, il me fallait des témoins.

Au nombre de ceux-ci figurait Hector Timerman, alors ambassadeur d’Argentine auprès de l’ONU. Il a écrit sur ma visite à son père, Jacobo, pendant la dictature militaire. Il a ajouté que cette visite l’avait aidé à se réfugier en Israël.

En 2013, alors qu’il était ministre des Affaires étrangères, Hector Timerman m’a appelé pour me dire qu’il était impliqué dans un mémorandum avec l’Iran qui avait pour but de faire oublier l’attentat contre Amia. En contrepartie, d’importantes sommes devaient servir à des « achats » en Argentine. Il affirmait que c’était un mensonge.

Jérusalem, le 18 juillet 2021

20 July 2021
Shimon Samuels, directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal,
au podium du Forum, organisé par le ministère israélien des Affaires étrangères
(photo Ministère israélien des Affaires étrangères).
 

Plan d’un rapport sur le terrain :

A. Les trois vagues de terreur islamiste en France
1) Attentat à la bombe contre la synagogue Copernic de 1980, prélude à 73 attaques contre des cibles juives et israéliennes en Europe de l’Ouest, dont 29 en France jusqu’en 1982
2) Transplantation de l’Intifada de l’an 2000 en Europe, les attaques de musulmans radicaux natifs d’Europe
3) Attentats par des loups solitaires : l’école de Toulouse, Sarah Halimi, le supermarché Hyper Cacher

B. Le 27e anniversaire de l’attentat à la bombe contre le centre juif Amia à Buenos Aires, impliquant l’Iran

C. L’extrême gauche embrasse le djihadisme à la Conférence mondiale de Durban contre le racisme (Afrique du Sud) et au Forum social mondial de Porto Alegre (Brésil)

D. Les salons du livre arabes : incitation à la haine et à la violence par le biais de livres axés sur la radicalisation.

* * *

« Pour que le mal se propage, il suffit que les hommes bons ne fassent rien. » (Simon Wiesenthal, 1908-2005)

Traduction indisponible

Jerusalem, 16 July 2021

16 July 2021

* * *

“For evil to flourish, it only requires good men to do nothing.” (Simon Wiesenthal, 1908-2005)

Article de Shimon Samuels publié en anglais dans The Jerusalem Post
le 11 juillet 2021
https://www.jpost.com/opinion/the-cairo-book-fair-remains-rife-with-antisemitism-opinion-673539

En mai, dans l’esprit des accords d’Abraham, le Salon international du livre d’Abu Dhabi était parfaitement propre. Ce n’est pas le cas de l’Égypte.

11 July 2021
Le stand de la librairie El Shourouk expose des best-sellers de la haine à la Foire internationale
du livre du Caire 2021 (photo Centre Simon Wiesenthal).

Le Centre Simon Wiesenthal surveille chaque année les stands de sept salons du livre arabes pour y déceler toute incitation à la haine et à la violence. Nous adressons nos conclusions à la Foire du livre de Francfort, qui prend les mesures qui s’imposent pour bannir ceux qui contreviennent à leur contrat.

« Les avocats de la défense ont argué sans vergogne que leurs clients avaient agi comme Robin des Bois, prenant des bijoux pour les pauvres ! »

Paris, le 4 juillet 2021

Le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, rappelait sa collaboration, depuis les années 1980, avec Roger Pinto, fondateur de l’association de défense du peuple juif et de l’État d’Israël, Siona. En 2017, ce dernier a lui-même été victime de violences antisémites.