• Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
    Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
  • L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
    L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
  • Inauguration de l'exposition, Copenhague
    Inauguration de l'exposition, Copenhague
  • Shimon Samuels rencontre le pape François
    Shimon Samuels rencontre le pape François
  • Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal
    Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal

Communiqués de presse 2020

« Nous pensons que ces comptes dormants depuis longtemps contiennent des fonds spoliés à des victimes juives. »

Paris et Buenos Aires, le 2 mars 2020

L’enquêteur argentin Pedro Filipuzzi a fait part à Shimon Samuels et Ariel Gelblung – respectivement directeur des Relations internationales du Centre et directeur pour l’Amérique latine – d’une liste de quelque douze mille noms de nazis installés en Argentine, dont bon nombre ont alimenté un ou plusieurs comptes bancaires à la Schweizerische Kreditanstalt, qui est devenue le Crédit Suisse. Le siège de cette banque se trouve à Zurich, en Suisse.

Dans les années 1930, le régime militaire pronazi du président José Félix Uriburu, qui était surnommé « Von Pepe » pour sa germanophilie, et son successeur Agustín Pedro Justo avaient accueilli en Argentine un nombre grandissant de nazis.

Paris, le 24 février 2020

Le Centre Wiesenthal surveille de près la petite ville belge d’Alost en raison de ses scandaleuses manifestations d'antisémitisme pendant son carnaval.

En 2013, le directeur des Relations internationales du Centre, Shimon Samuels, avait protesté contre un char sur un thème nazi, transportant des personnages déguisés en SS qui en fouettaient d’autres déguisés en détenus de camps de concentration, tenant des bidons étiquetés « Zyklon B », le gaz qui tua des millions de Juifs.

« L’année dernière, nous avons une nouvelle fois exprimé notre indignation à la vue d’un char montrant des Juifs hassidiques empoignant des pièces d’or au milieu de rats. En juin, nous avons porté l’affaire devant le Bureau du comité du patrimoine immatériel pour demander que ce carnaval de la haine soit radié de la liste de l’Unesco », indiquait M. Samuels.

« Qui commence par être intolérant peut finir par devenir un criminel. »

Paris, le 21 février 2020

Dans une lettre adressée au secrétaire d’État britannique à l’Éducation, Gavin Williamson, le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, le félicitait pour la reconduction de ses fonctions, mais l’avertissait d’un grave danger qui menace aujourd’hui le système éducatif britannique.

Dernières nouvelles : la directrice générale de l'Unesco s'est engagée à discuter cette situation sérieuse avec le représentant de l'Iran, bien que la tombe d'Esther et Mardochée ne soit pas inscrite au Patrimoine mondial. Le Centre Simon Wiesenthal suivra les développements de cette affaire.

« Curieusement, un nouvel Haman dirige aujourd’hui l’Iran dans la terreur… Si cette pernicieuse menace persiste, il s’agira de suspendre l’adhésion de Téhéran et de Ramallah à l’Unesco, au motif de violation de la charte de l’Organisation. »

Paris, le 20 février 2020

Dans une lettre adressée à la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, l’appelait à « invoquer le mandat de l’Unesco stipulant que les sites d’importance universelle doivent être protégés en temps de conflit, ce qui est le cas aujourd’hui en Iran : le régime menace de détruire la tombe d’Esther et Mardochée à Hamadan. Or, c’est un sanctuaire historique vénéré et par les juifs et par les chrétiens ». 

Traduction indisponible

"In 2019, we made 107 interventions of which 36 (34%) resulted in positive change. We look forward to constantly raise that threshold." 

Paris, 18 February 2020

In view of mounting and increasingly violent antisemitism we select issues where, generally, no other Jewish organisation is involved. Limited resources obviate duplication. For example, as no other is accredited to the UNESCO World Heritage Committee, we speak in the name of Judaism against the constant ID theft of the Jewish narrative. This is even more vital since the departure of the United States and Israel from UNESCO.

18 Feb. 2020 1
SWC at rallies: “Against Rising Antisemitism” in Paris and “Against Israel Bashing” at the UN in Geneva.

By focusing on such international institutional antisemitism we often identify and uncover essential, but missed, "holes in the cheese".