• Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
    Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
  • L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
    L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
  • Inauguration de l'exposition, Copenhague
    Inauguration de l'exposition, Copenhague
  • Shimon Samuels rencontre le pape François
    Shimon Samuels rencontre le pape François
  • Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal
    Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal

Communiqués de presse 2019

Rapport de Shimon Samuels, directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal et observateur permanent auprès de l’Unesco

« Prétendre que ces résolutions ont été adoptées par consensus en l’absence d’une partie clé est une mascarade. »

« Un vote à scrutin ouvert serait peut-être plus à même de distinguer parmi les 58 États votants ceux intègres de ceux qui se sont laissés intimider ou soudoyer, et ceux qui sont tout bonnement antisémites. »

Paris, le 11 avril 2019

Deux résolutions, les articles 32 et 33 – tous deux présentés par l’Egypte, la Jordanie, le Liban, le Maroc, le sultanat d’Oman, le Qatar et le Soudan – ont été adoptées aujourd’hui « par consensus, sans être mis aux voix », au Conseil exécutif de l’Unesco, présidé par Madame Samira Moosa, du sultanat d’Oman.

« En 2001, au festival de haine de Durban, nos seuls alliés étaient les associations de Roms, de Slaves d’Europe de l’Est et de LGBT – tous destinés à l’extermination par Hitler. »

« Les Juifs ont besoin des non-Juifs pour combattre l’antisémitisme, les Noirs des Blancs contre le racisme, les femmes des hommes pour leurs droits, et les homosexuels des hétérosexuels. »

Paris, le 8 avril 2019

Le Centre Simon Wiesenthal a fermement condamné la loi adoptée à Brunei le 3 avril dernier condamnant à la peine de mort par lapidation les homosexuels, les femmes accusées d’adultère, ainsi que d’autres auteurs de crimes invoqués au nom de la charia.

Sous le thème : « Se souvenir et transmettre. »

Paris, le 8 avril 2019

À l’occasion de la 25e commémoration du génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda, l’ONG Ibuka France, en partenariat avec le Mémorial de la Shoah, la Fondation pour la mémoire de la Shoah, la Mairie de Paris, l’École des hautes études en sciences sociales, l’UEJF (Union des étudiants juifs de France), SOS Racisme, l’Institut des hautes études sur la justice, Médecins du Monde et des associations qui œuvrent dans le domaine de la mémoire, a convié, du 22 mars au 24 mai dernier, les personnes intéressées à l’ensemble de ses manifestations, en Ile-de-France et en régions : expositions, conférences, rencontres, cérémonies… Une opportunité unique de se pencher sur le dernier génocide du XXe siècle, d’en comprendre les origines, les conséquences, et surtout d’affirmer son soutien à ceux qui en furent les victimes et à leurs familles.

Comme chaque année, le Centre Simon Wiesenthal est présent pour ces cérémonies, mais aussi dans les programmes pédagogiques et militants autour des leçons du dernier génocide du XXe siècle.

« Il aura fallu qu’un scandale bancaire éclate autour de l’Holocauste pour que les comptes suisses de Mobutu soient gelés… Sur la base de ce précédent, l’association britannique des avocats a demandé des réparations pour l’esclavage colonial. »

Paris, le 5 avril 2019

Dans une lettre adressée au ministre britannique de l’Intérieur, Sajid Javid, le directeur des Relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, lui faisait part de sa satisfaction à l’annonce de l’indemnisation, tant attendue, des personnes qu’on appelle ‘’les familles déportées du Windrush’’.

5 April 2019 1Photos coventrytelgraph.net

Dans les années 1990, Le Centre avait déjà considéré que les restitutions ne devaient pas se limiter aux requérants juifs de l’Holocauste.

Le Centre avait alors été sollicité par d’anciens travailleurs forcés : des Sintis et des Roms, des homosexuels, et même des représentants des gouvernements hongrois, italien, espagnol et turc, dont l’or avait été volé par les nazis.

Paris, le 4 avril 2019

Du 2 au 4 février dernier s’est tenue à Paris la « première rencontre intergénérationnelle des survivants de la Shoah, combattants juifs, enfants cachés, Justes de France ». Organisé par le Mémorial de la Shoah et une trentaine d’associations, dont le Centre Simon Wiesenthal et son émanation, l’association Verbe et Lumière – Vigilance, ce forum a rencontré un franc succès, avec plus de six cents participants.

4 April 2019 1

Toutes les générations y étaient réunies autour d’intérêts communs, pour les aider à regarder le passé et à aller vers le futur, renouveler les anciennes amitiés et en nouer de nouvelles, travailler à la transmission, assurer la mémoire de la Shoah, continuer les combats contre l’antisémitisme et l’oubli. Le Forum Générations de la Shoah veillait sur la mémoire des 6 millions de Juifs exterminés dans la Shoah dont 1,5 million d’enfants.

Une cinquantaine d’associations apportaient leur soutien financier à ce forum. Pour sa part, l’association Verbe et Lumière – Vigilance y contribuait avec une subvention de 3 000 euros.