• Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
    Inauguration, le 11 juin 2014, de l'exposition « Le Peuple, le Livre, la Terre »
  • L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
    L'hôtel de ville de Paris illuminé en mémoire des victimes du terrorisme à Jérusalem
  • Inauguration de l'exposition, Copenhague
    Inauguration de l'exposition, Copenhague
  • Shimon Samuels rencontre le pape François
    Shimon Samuels rencontre le pape François
  • Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal
    Inauguration Place Simon et Cyla Wiesenthal

Communiqués de presse 2019

« Après cinq années de procrastination, cette décision va bien au-delà de ‘‘Justice différée est justice refusée’’. »

Paris, le 10 juin 2019

Dans une lettre adressée au ministre fédéral belge de la Sécurité et de l’Intérieur, Pieter de Crem, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, déclarait que ses adhérents étaient « atterrés d’apprendre que la Justice belge avait entériné l’antisémitisme par défaut ».

La lettre rappelait les faits : « En juillet 2014, un bistrot turc de Sint-Niklaas (Saint-Nicolas), dans les Flandres, avait placardé une affichette en français déclarant : ‘‘L’entrée est autorisée aux chiens mais aux sionistes en aucune façon !’’ Le message, également rédigé en turc, était plus clair : ‘‘Dans ce commerce, nous acceptons les chiens, mais les Juifs, jamais !’’ Ce message s’inspirait des avertissements affichés dans les parcs sous l’Allemagne nazie : ‘‘Entrée interdite aux Juifs et aux chiens.’’ »

M. Samuels soutenait qu’« une action en justice contre l’auteur de ces faits aurait stagné pendant près de cinq ans. Et maintenant, nous assistons au coup de grâce : la porte-parole du tribunal, Catherine Colligan, vient d’admettre que ‘‘l’affaire est classée sans suite’’ ».

Le Centre affirmait qu’« il s’agissait d’un crime haineux contre la communauté juive belge et contre la Belgique elle-même. Crime qui encourage tous les islamistes d’Europe à constater que les menaces antisémites ne font pas l’objet de mesures juridiques – un précédent dévastateur ».

Monsieur le Ministre, « nous vous prions instamment de mener une enquête sur ce tribunal qui semble avoir tordu le cou à la justice en entérinant l’antisémitisme par défaut. Après cinq années de procrastination, cette décision va bien au-delà de ‘‘Justice différée est justice refusée’’ », concluait M. Samuels.

Éditorial de Shimon Samuels publié en anglais dans The Jerusalem Post
le 4 juin 2019

https://www.jpost.com/Opinion/75th-D-Day-anniversary-A-Jewish-perspective-591594

En juin 1940, cette même plage avait été le théâtre de l’opération Dynamo : l’évacuation de 338 226 soldats britanniques et français coupés du reste de l’armée et encerclés par les troupes allemandes à la bataille de Dunkerque.

4 June 2019
Hommes sauvés de Dunkerque (photo Archives du Jerusalem Post).

Étant né à Londres une semaine après la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie, j’ai été élevé dans le plus grand respect pour le pouvoir de l’eau : la Manche, avec ses 40 km de large, a sauvé la Grande-Bretagne de l’invasion allemande – ainsi que les 330 000 Juifs britanniques inscrits en janvier 1942 sur la liste du Protocole de Wannsee parmi les onze millions de Juifs que les nazis avaient destinés à l’extermination.

Éditorial de Shimon Samuels publié en anglais dans The Jerusalem Post
le 29 mai 2019
https://www.jpost.com/Opinion/New-European-Parliament-challenges-Israel-and-the-Jews-591062

Les députés européens des partis de la gauche radicale invitent des conférenciers tels le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et vont jusqu’à applaudir des porte-paroles de la terreur.

29 May 2019
Un dîner de travail lors d’un sommet des dirigeants de l’Union européenne, après les élections du Parlement européen (photo Reuters).

En mai 2004, le président de la République de Pologne d’alors, Aleksander Kwaśniewski, donnait à Varsovie une grande fête pour célébrer l’entrée de huit pays d’Europe de l’Est dans l’Union européenne (UE) – ce qu’on appelle « le processus d’élargissement ».

« Si la justice est pervertie et le meurtre excusé en raison d’une toxicomanie, ceci constitue un précédent pour tous les conducteurs en état d’ébriété qui seront, dans la même logique, relaxés. »

Paris, le 25 mai 2019 

Le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, a déclaré à la ministre française de la Justice, Nicole Belloubet, qu’il se sentait « écœuré d’apprendre que le juge d’instruction a rouvert la décision de l’affaire Sarah Halimi, âgée de 65 ans : son meurtrier, qui avait avoué son crime, a été déclaré ‘‘pénalement irresponsable’’ et donc mentalement inapte à subir un procès, en raison de son intoxication au cannabis ».

« … Voilà à peine plus d’une semaine, nous avions adressé à Mme Belloubet une lettre de félicitations pour la reconstitution, le 16 mai, du meurtre de Mireille Knoll, une rescapée de la Shoah de 85 ans. Nous avions estimé qu’il s’agissait d’un grand pas vers l’élucidation de cette affaire. »

M. Samuels soutenait que « ces deux crimes sont incontestablement antisémites, perpétrés avec la pire sauvagerie par des voisins respectifs des victimes, aux cris d’Allahu Akbar… Si la justice est pervertie et le meurtre excusé en raison d’une toxicomanie, ceci constitue un précédent pour tous les conducteurs en état d’ébriété qui seront, dans la même logique, relaxés. »

« Un tel jugement n’est non seulement un déni de justice pour les familles des victimes, c’est aussi un encouragement à commettre de nouveaux actes de violence antisémites. Nous demandons qu’une enquête approfondie soit menée sur une procédure judiciaire absurde qui bafoue les valeurs de la République », concluait M. Samuels.

Buenos Aires et Paris, le 23 mai 2019

Le tribunal disciplinaire de la Confédération sud-américaine de football (Conmebol) a imposé au club chilien de football Palestino une amende de 30 000 dollars au motif qu’il a profité d’un match international « pour organiser des manifestations qui contreviennent à l’éthique du sport ». Le club a aussi reçu un avertissement dans l’éventualité où il récidiverait.

Le 2 avril 2019, le porte-parole officiel du stade où se jouait un match contre l’Alianza Lima du Pérou diffusait un appel au public pour qu’il soutienne « la libération de la Palestine ».

Ce n’était pas la première fois qu’une telle chose se produisait. La dernière fois, était superposée sur le « numéro 1 » imprimé sur le tee-shirt du club une dénommée « carte de la Palestine », qui effaçait ainsi Israël de la carte. Ceci avait déjà servi de motif à une première sanction ordonnée par l’Association nationale de football professionnel du Chili, conjointement avec la Conmebol.