Editoriaux

Éditorial de Shimon Samuels publié dans The Jerusalem Post
le 4 octobre 2018
https://www.jpost.com/Opinion/From-New-York-to-Paris-Antisemitism-at-UNESCO-568691

Certains pays à l’Unesco tirent toutes les sonnettes pour humilier et rabaisser l’État juif. Ou peut-être pas !

4 Oct. 2018
Vue générale du siège de l’Unesco à Paris (photo Reuters).

Cette semaine, 58 des 195 États membres de l’Unesco se réunissent pour le 205e Conseil exécutif biennal de l’Organisation, pour une durée de deux semaines. Ils vont examiner des rapports sur le budget, les programmes, les échecs et les réussites. Ils vont échanger, négocier au sein et au-delà de leurs blocs régionaux.

Editorial de Shimon Samuels publié en anglais dans The Jerusalem Post
le 4 septembre 2018
www.jpost.com/Opinion/The-kidnapping-of-British-Labour-566500

Le destin du Parti travailliste concerne bien évidemment les Juifs, mais ce n’est pas un problème juif.

Je viens de passer quelque temps à Londres pour consulter des dirigeants parlementaires, tant de la Chambre des communes que de la Chambre des Lords, aussi bien travaillistes que conservateurs, dans un palais de Westminster étrangement silencieux, qui se réveille maintenant de son congé estival.

Voici une rétrospective de leurs opinions :

Lettre de Shimon Samuels publiée en anglais dans The Jerusalem Post
le 29 août 2018
https://www.jpost.com/Opinion/An-open-letter-to-Jeremy-Corbyn-566112

Vous déclarez que « les sionistes… ne comprennent pas l’humour anglais ». C’est en effet comique, car tant de ceux que vous appelez « sionistes » étaient des électeurs fidèles et des membres du Parti travailliste.

Je suis né à Londres deux semaines après la fin de la Deuxième Guerre mondiale de deux parents à leur tour britanniques de souche. J’ai été élevé dans un immense respect pour le pouvoir de l’eau – la Manche, avec ses 40 km de large, a sauvé les 330 000 Juifs britanniques inscrits en 1941 sur la liste du Protocole de Wannsee, parmi les onze millions de Juifs de trente-trois pays destinés à être exterminés par les nazis.

Éditorial de Shimon Samuels publié en anglais dans The Times of Israel
le 22 août 2018
https://blogs.timesofisrael.com/the-corbyn-factor-as-an-international-danger/

Simon Wiesenthal et l’organisation qui porte son nom ont tiré les leçons de l’Holocauste, considérant que c’est un système d’alerte précoce pour les Juifs et autres victimes, pour la défense de la démocratie et pour des droits de l’homme. Plus l’antisémitisme est virulent, plus ces menaces sont pesantes.

Le « facteur Corbyn » ne se cantonne pas au Royaume-Uni bien que, localement, il puisse devenir une menace à l’ordre public.

Ses semences constituent un virus capable d’infecter le système international. Virus personnifié sous les traits de Jeremy Corbyn comme éventuel Premier ministre et, en tant que tel, « chef de file mondial » – une menace qu’il s’agit d’affronter à l’échelle planétaire.

Éditorial de Shimon Samuels publié en anglais dans The Algemeiner
le 23 juillet 2018
https://www.algemeiner.com/2018/07/23/pursuing-justice-for-the-amia-bombing-victims-24-years-on/

23 July 2018
À Buenos Aires, affichage des photos et noms des victimes
de l’attentat de 1994 au centre Amia, qui a fait 85 morts
et des centaines de blessés. Photo Reuters/Marcos Brindicci.

En 1967, au lendemain de la guerre des Six-Jours, j’étais jeune marié et je suis allé avec ma femme, de nationalité argentine, rencontrer sa famille à Buenos Aires. C’était le début d’une relation intime qui me lie avec ce pays et sa communauté juive.

Au cours d’un voyage d’affaires, à la fin des années 1970, alors que l’Argentine vivait sous le joug de la dictature militaire, j’avais rendu visite à l’éditeur et journaliste Jacobo Timerman dans sa cellule de prison pour discuter de son éventuelle remise en liberté et de son transfert en Israël. Ceci allait entraîner des relations difficiles avec son fils Héctor, destiné à devenir ministre des Affaires étrangères, et perturber le rôle qu’il serait amené à jouer dans l’affaire Amia.