Editoriaux

« Un ministre égyptien appelle Israël ‘‘un ennemi’’ au même titre que les Frères musulmans ! »

Paris, le 18 septembre 2019

Monsieur le Président,

Le Centre Simon Wiesenthal a été enchanté de suivre la 30e Conférence internationale du Conseil supérieur des affaires islamiques, organisée au ministère égyptien des Habous (Wakfs).

Des délégués de cinquante-sept pays musulmans y participaient, ainsi que vingt autres venus d’Afrique.

Éditorial de Shimon Samuels publié en anglais dans The Jerusalem Post
le 16 août 2019
https://www.jpost.com/Opinion/Did-French-Caribbean-serve-as-Palestinian-terrorists-arms-route-598783

Le 9 août a marqué le 37e anniversaire de l’attentat de la rue des Rosiers - connu aussi comme le massacre du restaurant Goldenberg - dans le quartier juif de Paris. Bilan : six morts et vingt-deux blessés. L’attaque a été perpétrée par la tristement célèbre Organisation Abou Nidal, nom le plus courant du Fatah-Conseil Révolutionnaire, groupe palestinien nationaliste militant.

Éditorial de Shimon Samuels publié en anglais dans The Times of Israel
le 11 août 2019
https://blogs.timesofisrael.com/refugees-an-example-for-the-world-moises-ville/

– Où puis-je acheter des pierogi ? – Au magasin au coin de la rue.

– Ah, ce sont des Juifs ? – Non, ils sont italiens.

Ce dialogue, à la fin de la deuxième décennie du XXIe siècle, pourrait bien avoir lieu dans n’importe quelle grande ville du monde, mais en l’occurrence, ce n’était ni à New York, ni à Paris, ni à Buenos Aires. Il s’est passé dans une bourgade de la province septentrionale de Santa Fe, en Argentine. D’après le recensement de 2010, cette bourgade compte 2 425 habitants.

Elle s’appelle Moisés Ville.

Éditorial de Shimon Samuels publié en anglais dans The Jerusalem Post
le 16 juillet 2019
https://www.jpost.com/Opinion/The-86th-victim-595882

Une conférence internationale sur la lutte contre le terrorisme doit s’ouvrir à Buenos Aires

Pour le 25e anniversaire de l’attentat contre le centre juif Amia, perpétré à Buenos Aires, en Argentine, le président Mauricio Macri organise une conférence internationale sur la lutte contre le terrorisme.

Cette conférence rendra hommage aux 85 personnes assassinées et aux plus de 300 blessés de ce 18 juillet 1994. Mais par-dessus les débats planera le spectre de la 86e victime, un de mes amis intimes, le procureur Alberto Nisman, tué par balle au petit matin du 18 janvier 2015.

Ce matin-là, Alberto Nisman devait présenter les conclusions de sa longue enquête sur l’atrocité d’Amia devant le Congrès argentin.

Éditorial de Shimon Samuels publié en anglais dans The Jerusalem Post
le 11 juillet 2019

https://www.jpost.com/Opinion/UNESCO-World-Heritage-Committee-Azerbaijan-restrains-Palestinian-mayhem-595394

11 July 2019
Vue générale du siège de l’Unesco à Paris (photo Reuters).

Alors que la session de onze jours du Comité du patrimoine mondial (CPM) réuni à Bakou arrive à son terme, il nous incombe d’examiner les questions liées au patrimoine juif, dans un contexte où l’Unesco siège en l’absence de ses membres américains et israéliens.

Bien sûr, les sempiternelles résolutions réclamées par la Jordanie et les Palestiniens dans l’article 7 sur « la Vieille Ville de Jérusalem et ses remparts » et « Hébron/Al-Khalil avec le caveau des Patriarches » sont devenues leurs bannières sur le champ de bataille du patrimoine.

Leur cause a cependant été tempérée au sein du Groupe arabe et d’un nombre élargi d’États membres arabes :