« Afin de lutter contre les dommages causés par la diabolisation de l’État juif, nous invitons Somerset House à y tenir notre exposition ‘‘Le Peuple, le Livre, la Terre...’’ qui illustre la contribution du code d’éthique juif à l’humanité. » 

Paris, le 25 avril 2019

Dans une lettre adressée au directeur de Somerset House, Jonathan Reekie, et à son président, William Sieghart, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, condamnait l’exposition en cours des Sony World Photography Awards, qui s’intitule : « Protestations pour le droit de retour des Palestiniens. »

La lettre mettait en évidence la partialité du texte de présentation : « Depuis le 30 mai 2018, les protestataires palestiniens manifestent chaque semaine à la frontière avec Israël pour revendiquer leur droit de retour. Les manifestations se poursuivent toujours dans la région qui sépare la bande de Gaza d’Israël. Quelque 233 protestataires palestiniens y ont été tués et 21 000 blessés par des snipers israéliens. »

« Ce discours incite indiscutablement à l’antisémitisme tel que défini par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocaustedéfinition qui a été ratifiée par le Royaume-Uni. En l’occurrence : « Appliquer de doubles normes en exigeant [d’Israël] une conduite que l’on n’attend ni n’exige de la part de toute autre nation démocratique. »

M. Samuels estimait que cette exposition « constitue de la propagande pour le terrorisme du Hamas – et c’est une insulte au riche passé de Somerset Houseet à sa réputation, en particulier en tant que dépositaire pour la Grande-Bretagne des archives des naissances, mariages et tous autres documents, dont les miens ».

Le Centre citait « la présentation par le colonel britannique Richard Kemp devant le Comité des droits de l’homme de l’ONU, présentation qui résume bien l’opinion de nos membres sur la violence à Gaza, violence organisée par le Hamas :

« Le Hamas, une organisation terroriste qui cherche la destruction d’Israël et [dans sa charte] le meurtre des Juifs où qu’ils se trouvent ; 

« Ils envoient des milliers de civils en première ligne – pour servir de boucliers humains aux terroristes qui tentent de franchir la frontière… 

« Comment réagisseriez-vous si un groupe terroriste djihadiste envoyait des milliers d’hommes assaillir vos frontières et des tireurs massacrer vos communautés ? 

« Si Israël avait laissé ces hordes briser ses clôtures, les Forces de défense israéliennes auraient été obligées de protéger leurs propres civils d’un massacre, et des Palestiniens en bien plus grand nombre auraient été tués. »

M. Samuels indiquait que « cette exposition ne mentionne nullement les attaques incessantes à la roquette menées depuis Gaza sur des communautés civiles israéliennes… En outre, le titre de l’exposition, ‘‘La marche du retour’’, est lui aussi un subterfuge de propagande destiné à délégitimer Israël et le rayer de la carte ».

« Afin de lutter contre les dommages causés par la diabolisation de l’État juif, le Centre invite Somerset House à y tenir notre exposition, coparrainée par l’Unesco, ‘‘Le Peuple, le Livre, la Terre : 3 500 ans de relations entre le peuple juif et la Terre sainte’’. Ses 24 panneaux mettent l’accent sur notre code d'éthique – la contribution des Juifs à l’humanité. »

« Notre exposition a été présentée, entre autres, au siège de l’Unesco à Paris, aux Nations unies à New York, au Vatican, au Parlement britannique, au Conseil de l’Europe… Il nous tarde d’organiser au plus vite son inauguration à Somerset House », concluait M. Samuels.